Vision

Elle marchait seule dans la forêt quand soudain elle la vit. Sa robe blanche formait une tâche claire qui ressortait au milieu des arbres. C’était une vision très inattendue. Elle venait dans ces bois depuis longtemps et elle n’avait encore jamais rien vu de tel. Non pas une personne semblable à celle qu’elle voyait, mais la situation qui était assez étrange.

C’était une fillette en robe blanche, ou peut-être était-ce son pyjama, elle était loin après tout. Elle tenait quelque chose à la main, quelque chose qui pendait lamentablement à côté d’elle. Vraisemblablement un jouet. Quelque chose de précieux à ses yeux, pour qu’elle l’ait pris avec elle pour aller se promener en forêt avec. Que venait-elle faire là ? Mystère.

Il était rare de trouver des enfants seuls dans la forêt. Les parents les surveillaient généralement comme le lait sur le feu, ce qui ne les empêchait jamais vraiment de faire des bêtises, en réalité. Où étaient les parents de cette fillette ? Elle envisagea de l’appeler, mais elle se ravisa. Pourquoi ? Elle ne le savait pas. Elle tenta de s’approcher de la petite silhouette au loin, sans succès. Pour une raison inexplicable, même si la fillette ne marchait pas vite, elle ne réussit jamais à arriver à sa hauteur. Pourtant, elle marchait. Mais il semblait qu’elle n’avançait pas. Elle marcha longtemps comme ça, essayant de rattraper l’enfant, sans succès.

Épuisée, elle se laissa tomber à terre , fermant les yeux pendant quelques secondes. Aussitôt, elle sentit une sorte de déplacement d’air lui frôler la joue. Rouvrant les yeux, elle n’eut que le temps d’écarquiller les yeux avant de se retrouver nez à nez avec l’enfant. Cette dernière avait une tête effrayante. Elle ouvrit la bouche pour hurler, mais aucun son n’en sortit. Ce fut la dernière chose qu’elle vit avant que sa vision ne se brouille.

La tradition

A l’âge de dix-huit ans, tout le monde recevait un animal mystique. C’était la tradition. Sa voisine de table avait déjà eu le sien. Elle avait eu une chouette, un animal somme toute plutôt commun dans ce monde magique. Laura le lui avait dit, et elle s’était fait une nouvelle ennemie. Laura n’avait pas la langue dans sa poche, et assez peu de personnes aimaient les personnes qui disaient ce qu’elles pensaient, même si ce qu’elles disaient était vrai. Laura n’avait pas encore eu son animal. Elle espérait que ce dernier serait au moins un peu plus original qu’une chouette. Ce ne serait pas elle qui choisirait, ce serait le hasard, la magie, le hasard et la magie, ou peut-être même aucun des deux, elle n’en savait rien. En tout cas, son anniversaire approchait. Elle allait avoir dix-huit ans.

Le jour de ses dix-huit ans, elle se rendit près des falaises, à l’endroit où la tradition de la remise d’un animal se produisait. Elle attendit avec ceux qui étaient nés le même jour qu’elle. Et, à l’heure prévue, des animaux sortirent du brouillard magique qui s’était formé. Chacun des animaux se dirigea vers la personne qui lui était destinée. Laura avait fermé les yeux, comme tous les autres. Elle ne saurait lequel c’était que quand elle aurait le droit de les ouvrir. Elle sentit bientôt un museau lui toucher les doigts. Elle ouvrit les yeux quand on lui en donna l’autorisation et se retrouva face à face… avec une licorne ! Cette dernière était blanche avec du crin violet. C’était effectivement plus original que la chouette ! Laura sourit à l’animal qui se frotta contre elle.

Deux ailes (enfin presque)

Ma sœur et moi étions à l’aéroport d’une petite ville située quelque part en Afrique. La salle d’attente était composée de quelques chaises sommaires et de quelques journaux sur une table bancale. Les fenêtres étaient grandes ouvertes. Du vent chaud entrait, nous ébouriffant les cheveux. 

Ma sœur avait tout d’abord commencé par remettre sa coiffure en place à chaque bourrasque. Elle avait remis une mèche, puis deux….Au bout du compte, ma sœurette s’était lassée  et elle avait pris un des journaux de la table branlante. Ma sœur s’appelait Anna. C’était une jeune femme plutôt nerveuse, surtout lorsqu’il fallait patienter dans une salle d’attente comme dans le cas présent. 

Anna feuilletait son magazine à une vitesse impressionnante, ce qui donnait à penser qu’elle ne le lisait pas mais qu’elle le parcourait rapidement. Mais comme ça faisait trois fois qu’elle procédait ainsi avec le même magazine, elle devait bien avoir lu quelque chose. Je reportai mon regard sur les autres personnes de la salle d’attente. Un homme lisait, penché sur son magazine. Il examinait les pages avec application, très concentré. A côté, une femme tentait d’amuser sa fille en lui faisant des grimaces. Mais la fillette lui tirait la langue et tentait de sortir de la salle. Elle aurait sûrement aimé être ailleurs qu’ici, à attendre un avion. 

La femme et la fillette partirent de la pièce, leur avion était arrivé. Il ne restait plus que ma sœur, moi, et l’homme qui lisait minutieusement. On nous appela peu après. On avait réservé un avion privé. Nous allions être seules dans l’appareil avec le pilote. Un homme à moitié endormi nous guida jusqu’à la piste. En fait, il nous montra la fin du chemin du bout de son doigt, sans doute pressé de retourner dans le bâtiment. Lorsque nous vîmes l’avion, nous fûmes vraiment étonnées. Ma sœur me regarda, abasourdie. Ce ne pouvait être notre avion ! C’était peut-être une mauvaise blague ? Anna fit mine de repartir vers l’aéroport. Mais je la retins. Nous n’avions pas le choix. Le temps de réserver un autre avion et une demi-journée serait perdue sur notre planning. 

Il fallait prendre cet avion, même s’il était surprenant. Il n’avait pas vraiment l’air d’un avion, en fait. On aurait plutôt dit une carcasse volante. Ou un avion écrasé. Une des ailes pendait légèrement. Un bout du toit était mal accroché et les roues n’avaient pas de pneus. Le seul vrai siège « potable » à l’intérieur était celui du pilote, mais ce n’était pas non plus un fauteuil confortable. Les sièges passagers étaient presque au niveau du sol tellement ils étaient affaissés. Le conducteur de l’engin nous souhaita la bienvenue :

  • Quel bon vent vous amène ? Je plaisante ! Allez, montez, les filles. Attachez-vous bien, ça peut secouer un peu. Le dernier client que j’ai embarqué là-dedans a failli tomber de l’appareil ! Attention au trou, entre les deux sièges !

Je regardai à l’endroit indiqué : effectivement, il y avait un trou dans le plancher de l’avion, juste entre nos deux sièges. J’aidai ma sœur à monter. Elle semblait me supplier mentalement de ne pas monter là-dedans. Je fis comme si je n’avais rien vu et Anna monta quand même. Elle contourna le trou et s’effondra dans son siège. Le fauteuil faillit s’effondrer, lui aussi, d’ailleurs. Il descendit encore plus près du sol qu’il ne l’était avant. J’allai m’installer sur l’autre siège. Le pilote plaça une planche sur le trou « afin qu’il n’y ait pas trop de courants d’air ». 

Anna me fixa, l’air terrorisée. Je lui pris la main pour la tranquilliser. Moi-même, je n’étais pas très rassurée. Notre pilote démarra son moteur qui commença par faire beaucoup de bruit avant de se couper d’un coup. Une fumée noire avait envahi l’habitacle. Ma sœur toussait. J’avais sorti un mouchoir. Le pilote nous fit signe de sortir. Nous regagnâmes la terre ferme. Il nous expliqua qu’il avait un petit problème de moteur et qu’il ne pouvait finalement pas nous prendre. Je lus le soulagement sur le visage d’Anna. Quelques secondes après que le pilote nous ait dit ça, l’avion tomba en morceaux. C’était impressionnant. Je préférais que cela se soit produit avant le décollage ! Ma sœur riait. Elle n’aimait pas l’avion. Moi, je ne riais pas. Et le planning alors ? 

Bonjour et bienvenue.

Bienvenue sur ce blog.

J’aime beaucoup écrire, et j’ai un certain nombre d’idées.

Voici les textes que j’ai écrits jusqu’ici :

Une histoire en 4 chapitres qui raconte la soirée d’Halloween de quatre adolescents dans leur village. Sera-t-elle plus mouvementée que prévu ?

Le récit d’un été rempli de vagues, de chaleur et…de péripéties qui n’ont vraiment aucune chance de vous arriver sur une plage en principe. Pas vrai ?

Il s’agit de l’histoire palpitante d’orphelins qui ont la possibilité d’obtenir une meilleure vie. Mais ce n’est pas sans prix…

C’est une histoire en six chapitres sur le thème de Noël. Suivez les aventures des jumeaux Lotin et Lidouine !

C’est une histoire en six chapitres sur le thème d’Halloween. Marguerite déteste les films d’horreur. Mais ses amis adorent en regarder. Comme chaque année, ses amis organisent une fête pour Halloween. Une fête à laquelle Marguerite est conviée, bien sûr. Ainsi que sa pire ennemie…

Il s’agit de chapitres indépendants sur les appels vidéos. Situations amusantes, pannes techniques, ce n’est pas de tout repos !

Il s’agit de chapitres sur la vie de trois étudiantes en fac, leurs joies et leurs déboires.

Ce sont de courts textes créés à partir d’un mot trouvé au hasard dans le dictionnaire dans l’ordre alphabétique. Chaque série a 26 petits textes.

Ce sont de petits textes écrits à partir de plusieurs mots choisis au hasard.

Il s’agit de défis d’écriture venant d’autres blogs (notamment ceux de Madame Kea Ring et Pandora Black) que j’ai tentés

Ce sont des textes en anglais, parfois des traductions, parfois écrits directement en anglais

English texts, sometimes translated from French, sometimes written directly in English.