Gencives (Série lettres : 7/26)

Il était une fois un fermier qui avait des champs à foison. Il n’arrêtait pas d’agrandir sa propriété car les récoltes étaient toujours bonnes. Il avait hérité de la ferme à la mort de ses parents et depuis, l’exploitation agricole avait prospéré. Il avait embauché plus de main-d’œuvre, acheté les propriétés de plusieurs de ses voisins et possédait actuellement un nombre impressionnant de tracteurs et machines agricoles pour s’occuper des champs. Il avait réussi dans la vie.

Mais un jour, alors qu’il faisait le tour de son immense propriété, une gigantesque explosion parut avaler tous ses précieux champs, les recrachant aussitôt. Mais les dommages étaient irréparables. Toute sa propriété, tous ses champs, toutes les plantes dessus, tout était parti en cendres en moins d’une minute. Le riche fermier, ex propriétaire d’un business fructueux ( même les engins agricoles avaient brûlé et étaient inutilisables, invendables. ) tomba à genoux devant une telle catastrophe. Son oeuvre de vie ! Sa vie entière ! Tout était détruit ! Comment payer les employés, comment rembourser les quelques machines pour lesquelles il avait emprunté de l’argent, pensant à ce moment là que la récolte allait renflouer les caisses suffisamment pour amortir ce coût. Ces machines là aussi étaient parties en fumée. Comme tout ce qu’il possédait. Seule sa maison était restée plus ou moins intacte. Ses ouvriers avaient été blessés grièvement, ayant été en train de travailler dans les champs au moment de la catastrophe. Ils voulutent demander réparation. Mais le fermier ne pouvait pas tout payer. Et puis l’assurance ne voulut rien entendre, car officiellement, aucune manifestation météorologue n’avait causé ça. Les circonstances n’étaient pas claires.

Quelque part dans le ciel, quelqu’un d’une autre planète se faisait gronder. C’était Giaof, un petit alien qui avait emprunté la soucoupe de son père pour aller faire un tour sur Terre et qui l’avait ramenée cabossée et ayant un problème de moteur. Quand le père lui demanda s’il avait causé des problèmes sur Terre, Giaof détourna les yeux. Son père finit par lui faire dure qu’il avait volé trop près de la surface, ayant brûlé « quelques champs » au passage. Il avait cabossé la soucoupe en voulant partir au plus vite après avoir causé cette catastrophe. Le père fut encore plus en colère en entendant ça. Non seulement son fils avait conduit sans permis, mais il avait aussi dégradé la Terre !

Le père voulut aussitôt se rendre sur Terre pour parler au fermier concerné. Le fermier ne les crut pas quand ils déclarèrent venir d’une autre planète et en plus il les jeta dehors quand ils ne voulurent pas le rembourser. Le père de Giaof fut outré par son comportement. Il décida de le kidnapper pour lui implanter une puce d’oubli dans les gencives. L’humain oublia alors tout ce qui était arrivé. Il ne fut jamais remboursé ni par les aliens responsables, ni par l’assurance. De toute manière, l’assurance ne l’aurait jamais cru si il avait dit la vérité. Il dût vendre sa maison et fut criblé de dettes pour le restant de ses jours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s