Joker (Série lettres : 10/26)

Il en faisait le tour depuis si longtemps qu’il avait oublié quand il avait commencé à le faire. C’était à ce point-là. Il tournait dans un espace tellement petit qu’il tournait pratiquement sur lui-même. Il voyait toujours les mêmes choses, mais ce n’était pas le plus triste dans cette histoire. Il oubliait ce qu’il avait vu quelques secondes après l’avoir vu. Alors il avait constamment l’impression de découvrir de nouvelles choses. C’était peut-être bien ce qui était le plus pathétique.

Il savait qu’il habitait chez un humain qui s’occupait de lui en lui donnant à manger et en changeant son eau. Mais sinon, sa vie se résumait à ça : tourner à l’infini dans un espace plutôt réduit, sans jamais se rappeler qu’il était déjà passé par là la veille, l’avant-veille, et aussi quelques secondes auparavant. Quelle vie !

Mais il arrivait qu’il se passe des choses qui différaient de sa routine interminable. L’humain avait d’autres animaux que lui, et il lui arrivait de faire des rencontres plus ou moins sympathiques avec ces autres animaux. Par exemple, il avait échappé à la mort de justesse quelques jours auparavant. Pour lui qui n’avait aucune notion du temps, ce n’était pas un souvenir qui était resté dans sa mémoire, et il ne se rappelait pas non plus du jour au cours duquel ces horribles évènements s’étaient produits.

Ce jour-là, donc, il était en train de tourner à l’infini comme à son habitude, quand soudain, un énorme visage effrayant était apparu devant lui. Il était tout déformé par la vitre, ce qui le rendait encore plus affreux. Mais il n’eut pas peur. La forme derrière la vitre s’approcha encore, et soudain, quelque chose entra en contact avec l’eau. Curieux, il alla voir, interrompant ses cercles infinis. Il alla heurter la forme étrange, amusé d’avoir un visiteur.

Croyant s’être fait un ami, il resta près de la forme inconnue. Mais il prit peur quand quelque chose de long entra soudain dans l’eau, manquant de le frapper. Il alla se terrer au fond de l’eau, très surpris par la trahison de la forme qui lui avait pourtant semblé amicale.

L’humain avait vu que le chat allait lui faire du mal et il l’avait attrapé avant qu’il puisse recommencer à essayer de frapper le poisson de sa patte. Le poisson avait eu un joker inattendu alors que son destin avait semblé scellé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s