Nourrisson (Série lettres : 14/26)

Il regarda autour de lui. Personne à l’horizon. Pas même un animal. Il était vraiment seul. Il regarda une deuxième fois en faisant un tour sur lui-même, pour s’assurer qu’il ne s’était pas trompé. Il s’apprêtait quand même à faire quelque chose de plutôt répréhensible. Du moins là où il était. Il avait mal agi, il le savait, mais c’était l’instinct de survie. Il en avait un, et il n’y pouvait rien.

Il sortit de sa poche l’objet du délit. Une bouteille d’eau tout à fait normale, aux trois quarts remplie. Il l’examina brièvement, puis il se mit à boire goulûment. Il était conscient que s’il se faisait prendre avec, que ce soit par la personne à qui il venait de la voler ou quiconque qui passait par là, il aurait des problèmes. Il allait forcément la perdre, et il ne voulait pas ça. Il en avait vraiment besoin. L’eau était une denrée rare, à présent.

La Terre s’était totalement asséchée à cause du réchauffement climatique (selon les scientifiques). Il n’y avait pratiquement plus d’eau sur la planète et tout le monde en cherchait pour pouvoir survivre. Car les êtres humains avaient toujours besoin d’eau, même si le monde avait beaucoup changé. Ils n’avaient malheureusement pas fait comme toutes ces espèces qui avaient évolué à cause d’un facteur particulier à un moment donné.

A peine avait-il commencé à boire qu’il entendit un bruit. Un cri. Il s’interrompit, s’attendant à voir arriver un groupe entier voulant lui prendre sa bouteille d’eau à demi remplie. Mais personne ne vint. Il haussa les épaules. Il avait dû se tromper.

Alors qu’il allait recommencer à boire, le cri se fit de nouveau entendre. Il était plus distinct, cette fois-ci. Il se retourna, fit quelques pas et s’arrêta net, n’en croyant pas ses yeux. Là, dans le sable, tout seul et visiblement en détresse, se trouvait un bébé ! Il avait l’air tout petit, d’ailleurs, ce devait-être un nourrisson. Mais peut-être était-il si mal nourri que sa taille ne reflétait même plus son âge.

Il se demanda quoi faire. Il ne pouvait pas le laisser là, tout seul. Il allait mourir. Il hésitait car il savait déjà à peine se nourrir et s’hydrater, alors avec une personne de plus, qui en plus n’allait pas lui être d’une grande aide… Il décida de le prendre avec lui. Il allait courir jusqu’au refuge le plus proche pour mettre cet enfant à l’abri.

Il le prit donc dans ses bras et le fit boire doucement. Puis il se rendit dans un refuge auquel il arriva plusieurs heures plus tard, épuisé. Il y déposa le bébé, but et mangea un peu, puis il repartit. Il fallait qu’il trouve un nouvel abri pour la nuit suivante, continuant ainsi son voyage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s