Applique (Série lettres 2 : 1/26)

Il avait déménagé une semaine avant, mais il avait vraiment l’impression d’avoir été là plus longtemps, et ce n’était vraiment pas à cause de quelque chose de positif. Pas du tout. Tout le contraire. Quand il avait ouvert la porte le jour de son emménagement, il avait posé son sac sur le lit et il s’était laissé tomber dessus, épuisé par toutes les allées et venues et tous les coups de téléphones et lettres qu’il avait dû passer et écrire. Il avait pensé pouvoir se reposer, profiter de la vie dans ce nouvel appartement dans lequel il venait de s’installer. Il était en vacances pour une semaine, et il avait bêtement cru que ce serait un rêve devenu réalité. Qu’il serait seul et qu’on ne le dérangerait pas, qu’il pourrait faire ce qu’il voulait à toute heure de la nuit et du jour, que personne ne lui dirait rien. Oh, il avait pu, mais le problème était tout autre. Le problème venait de ses voisins.

Ils n’étaient pas bruyants, ils n’avaient pas d’enfants farceurs qui sonnaient aux portes pour agacer les voisins, ils ne claquaient pas les portes, ils n’avaient pas eu (pas encore) de fuite d’eau qui aurait pu traverser le plafond, faisant une grosse tâche, ils n’avaient pas bloqué l’ascenseur pendant des heures pour monter des affaires ou des courses. Non. De ce côté là, ils étaient impeccables. Il n’avait pas à se plaindre. Non, ce n’était pas le problème. Ils ne se plaignaient pas de lui non plus, c’était tout autre chose.

Toute la première journée s’était très bien passée, il n’avait rien remarqué. Tout allait donc bien, il avait eu l’impression de vivre son rêve dans la réalité. La vie ne lui avait pas souvent offert une version réelle de ses rêve, alors il en avait profité. Et il avait eu raison, car cela n’avait pas duré. Il s’en était rendu compte à la nuit tombée. Ayant rangé toute la journée, il était fatigué. Il s’était donc couché après avoir tiré soigneusement le rideau de la fenêtre. Et il avait constaté le problème. Le problème qui l’avait tenu éveillé toute la nuit. Le problème qu’il n’arrivait pas à résoudre depuis. Le problème causé par ses voisins, car il n’y avait pas que le bruit qui pouvait énerver, apparemment. Dès qu’il s’était allongé, il avait vu la lumière. Les voisins avaient une applique, une lumière d’extérieur fixée au mur. Et cette lampe éclairait pendant la nuit, comme une sorte de réverbère, pour éviter que l’arrière de leur appartement (ils étaient au premier étage) soit totalement obscur. Mais sa fenêtre à lui donnait directement sur cette lampe qui avait une ampoule qui n’était définitivement pas à basse consommation, étant donné la luminosité immédiate et aveuglante. En plus, pour tout arranger, cette ampoule semblait avoir quelques problèmes de réglages, car il lui arrivait de clignoter sans prévenir, ce qui avait le don de le réveiller au milieu de la nuit, si par miracle il avait réussi à s’endormir. Cette lumière arrivait à passer à travers son rideau, et c’était usant.

Liste de 5 mots : 12

anniversaire, monde, italien, timing, informateur

Un anniversaire, cela se fêtait, comme disait sa grand-mère. Elle avait décidé d’organiser son propre anniversaire et elle avait invité toute sa bande de l’époque, tous les collègues de bureau qu’elle avait pu avoir. Cela en faisait, du monde ! Elle s’était occupée des invitations, mais elle avait oublié un détail : le traiteur. Il fallait lui fournir un nombre d’invités, mais tout le monde n’avait pas répondu présent, encore. Il y avait des retardataires. Mais certains ne répondraient sans doute jamais. Il avait commandé des plats à un restaurant italien, il savait que sa grand-mère aimait beaucoup la cuisine italienne. Tout avait donc paru bien se dérouler, jusqu’à ce qu’un ennemi bien connu de sa grand-mère soit malencontreusement invité. Quelqu’un à qui à qui elle n’avait pas parlé depuis des années, elle n’avait pas décidé si elle voulait envoyer le mail d’invitation, et elle avait appuyé sur la mauvaise touche de l’ordinateur. Le destin avait toujours un merveilleux timing pour montrer qu’il contrôlait encore la vie des gens. Il devait avoir un informateur pour lui dire quand les êtres humains étaient heureux. Heureusement, « l’ennemi » ne put pas venir, ayant attrapé la grippe quelques jours auparavant.

Liste de 5 mots : 11

gitan, poker, italien, mauvais, baie

Il était une fois un gitan. Il connaissait quelqu’un qui avait une sérieuse addiction. Une addiction au poker, plus précisément. C’était un homme dont le père était italien et désapprouvait ce jeu. Il ne voulait donc pas que son père sache qu’il jouait à des jeux d’argent. Il savait pertinemment que c’était mauvais, qu’il allait probablement perdre tout son argent au jeu, mais il continuait. Un jour, ce qui devait arriver arriva. Il perdit tout son argent au poker, en une seule nuit. Désespéré, il voulut se suicider, mais son ami gitan arriva au bon moment. Il alla le repêcher dans la baie.

Liste de 5 mots : 10

anniversaire, écrivains, meurtrier, disciple, baie

Pour son anniversaire, ses amis lui avaient offert un weekend à une convention sur les romans policiers. Il en avait toujours rêvé ! Il avait tellement hâte d’y être, il en devenait infernal pour ces mêmes amis qui regrettaient maintenant De lui avoir fait ce cadeau.

Il allait y avoir tellement de choses bien, là bas ! Il lisait et relisait ses polars et il les nettoyait chaque jour avec des lingettes. Il allait aller les faire dédicacer par ses auteurs favoris, c’était la raison pour laquelle il n’arrêtait pas de les passer en revue avec l’air fier d’un collectionneur. Les écrivains avec lesquels il avait grandi (littéralement) seraient là !

En plus, à ce genre de convention, il y avait toujours un mystère à résoudre. Cela faisait partie des activités et cela ajoutait à la magie des lieux. En tout cas, pour lui, cela faisait grandir l’attrait qu’il avait pour ces évènements. Il allait falloir retrouver le meurtrier dans le temps imparti. Bien sûr, il n’y avait jamais de vrais meurtres. Tout était faux.

Le weekend arriva enfin. Il rencontra tous ses auteurs favoris, et il fit équipe avec un vieil homme qui venait depuis des années dans des conventions du même genre. Il connaissait donc la chanson. Il devint le disciple du vieux monsieur.

Le soir, après avoir retrouvé le meurtrier, il partit se promener sur la baie. Il regarda les derniers bateaux rentrer au port.

Liste de 5 mots : 9

force, monde, utilisation, mauvais, boisson

Il ne savait vraiment pas comment c’était arrivé. Mais c’était arrivé. Elle l’avait inscrit, et il ne pouvait plus faire machine arrière car elle avait « omis » de lui dire qu’elle l’avait inscrit jusqu’au jour de clôture des inscription, donc jusqu’au jour où il ne pouvait plus refuser. Avec elle, il devait vraiment faire preuve d’une immense force mentale.

Dans son monde, inscrire quelqu’un à quelque chose sans lui demander son avis, c’était très impoli, cela ne se faisait pas. Il avait été outré en apprenant que sa mère l’avait inscrit à une compétition de course à pieds. Pour qui se prenait-elle ? Elle devait sans doute trouver qu’il ne faisait pas assez de sport, et c’était sa façon de lui dire.

Il aurait vraiment préféré qu’elle communique d’une façon un peu plus normale, comme les autres mères, si c’était vraiment ce qu’elle pensait et si c’était vraiment la raison pour laquelle elle l’avait inscrit à cette stupide course. Et puis c’était une très mauvaise utilisation du portable qu’il lui avait offert pour Noël.

Il avait pensé pouvoir avoir un peu la paix en le lui donnant, mais à présent qu’il avait vu ce qu’elle pouvait faire avec, il regrettait bien de lui avoir offert ce téléphone. Il l’avait mauvaise, c’était le moins qu’on puisse dire.

Elle avait poussé le bouchon jusqu’à lui offrir une gourde, « pour quand tu feras ta course, mon grand », comme elle avait dit. Et elle le lui avait dit avec un plaisir évident. Mais que lui avait-il fait dans une vie antérieure ? Ou même dans cette vie-là. Il était sûr qu’il ne méritait pas une telle punition. Elle avait même le pouvoir de contrôler ce dans quoi il allait mettre ses boissons pour aller à cette affreuse course ! Quelle horreur ! Une gourde à fleurs, en plus !

Liste de 5 mots : 8

messie, philosophie, italien, citron, chiens

On l’attendait comme un messie. Sa philosophie était reconnue dans le monde, tous voulaient le connaître. De plus, on disait qu’il était propriétaire d’un très bon restaurant italien, ce qui faisait que certains avaient afflué à sa rencontre grâce à ça. Comme on disait qu’il n’aimait que les tartes au citron et ne se nourrissait que de ça, tout le monde lui en apportait tout le temps, comme si c’étaient des offrandes à un dieu. Il avait plusieurs chiens que (bien sûr) tout le monde adorait.

Liste de 5 mots : 7

pair, poker, tribu, timing, renverser

Il était une fois une jeune fille au pair qui s’était faite renvoyer de sa famille d’accueil car elle avait une très mauvaise habitude. Elle jouait souvent au poker, perdant tout l’argent gagné au jeu. En plus, elle avait des amis peu recommandables selon les parents d’accueil qui les appelaient la « tribu« . Un soir, elle avait même eu un très mauvais timing en revenant à la maison à deux heures du matin, ivre, et ayant réveillé la maisonnée entière. Elle avait même renversé le très gros aquarium du salon en voulant allumer la lumière ce soir-là. Les poissons n’avaient pas survécu à la destruction de leur habitat. Les enfants n’avaient pas non plus aimé perdre leurs amis aquatiques de cette manière. Et elle avait été renvoyée chez elle à cause de toute cette histoire.

Liste de 5 mots : 6

gitan, fouet, saper, renne, informateur

Il était une fois un gitan. Il avait acheté un fouet pour faire la cuisine chez lui. Il aimait beaucoup cette activité ainsi que la pâtisserie. Ses amis étaient toujours surpris quand il leur disait ce qu’il aimait faire quand il avait du temps libre. Les autres préféraient aller se « saper« , comme certains disaient, dans des magasins au centre ville, ou encore aller au cinéma. Mais lui, il préférait cuisiner et faire de la pâtisserie. Il faisait ce qu’il voulait, après tout. Il avait aussi adopté un renne qui lui servait parfois d’informateur pour les histoires de voisinage.

Liste de 5 mots : 5

informateur, renverser, chiens, boisson, baie

Elle avait tout : l’informateur, la cachette, les coéquipiers, la logique. Alors comment avait-elle pu échouer à ce point ? Ses supérieurs n’étaient pas contents du tout, et à plus forte raison : elle n’avait pas rempli sa mission. Quelle mission ? Elle ne pouvait pas le dire. Elle était agent secret, c’était confidentiel. Même son métier, elle n’avait pas le droit de le dévoiler.

Bien sûr, elle n’était pas agent secret comme dans les films. C’était un peu plus ennuyeux dans la vraie vie, car la paperasse était encore et toujours là. En revanche, tous les autres aspects étaient assez similaires à son véritable train de vie, elle en était assez contente. Mais le danger était bien réel, lui aussi. Et il fallait s’en rappeler. L’avantage, avec un film, c’était que le danger restait à l’intérieur du film. Mais dans son cas, elle faisait véritablement face aux personnes dangereuses qui peuplaient les films d’espionnage. Et non contents d’être bien réels, ils donnaient aussi de vrais coups de poing. Elle ne s’en sortait pas toujours indemne. Elle s’était même fait renverser par une voiture, un jour, pour rattraper un fuyard.

Elle s’était même faite courser par des chiens pendant une mission. Mais ce n’était pas le sujet du jour. Ses supérieurs lui en voulaient car elle n’avait pas terminé la mission. Elle n’avait pas pu le faire. Même en le voulant, elle n’aurait pas pu. Cela aurait été impossible. IM-POSS-IBLE. Elle était formelle.

La clef USB qu’elle aurait dû remettre à ses supérieurs avait glissé des mains de la personne qui devait la lui donner pour ensuite aller faire un petit plongeon dans sa boisson. Oui, dans sa boisson. Les films comiques n’étaient pas les seules occurrences de scènes complètement ridicules et risibles. La vraie vie en fournissait elle aussi, malheureusement.

Et elle n’avait même pas pu récupérer le verre ensuite, car le bateau sur lequel ils avaient pris un verre avait tangué et le verre et son contenu (donc la clef USB) s’étaient retrouvés dans la baie, inaccessibles car le bateau était soudainement parti à l’opposé de l’endroit du naufrage de la clef USB, car ce manche ne savait pas du tout naviguer…Quelle poisse, vraiment…

Liste de 5 mots : 4

renne, timing, citron, mauvais, disciple

Ce n’était pas exactement ce à quoi elle avait pensé en voulant prendre des vacances. Elle avait plus cru qu’elle allait aller sur une plage de sable fin, qu’elle allait bronzer ou encore faire des parties de Beach volley. Elle avait cru qu’elle allait s’amuser. Elle avait cru qu’il ferait au moins un peu chaud. Eh bien elle avait vraiment mal imaginé la chose. Car ce n’était pas du tout ce qu’elle était en train de faire. Vraiment pas. Tellement pas que c’en était vraiment ironique. Un renne ? Vraiment, un renne ? C’était ce qu’elle voyait depuis la fenêtre de son hôtel ? Vraiment ? Un renne dans la neige.

Non, si on lui avait dit qu’elle allait passer ses vacances dans la neige au lieu de sur une plage pendant les grandes vacances, elle aurait dit à quiconque lui avait dit cela qu’il (ou elle) était fou (ou folle). Parce que c’était tout bonnement impossible dans son esprit. Comment était-ce possible ? Comment ?! Encore aujourd’hui, elle ne pouvait pas se l’expliquer. L’ordre des événements lui échappait complètement. Comment avait-elle pu atterrir dans un voyage à la neige ? C’était tellement loin de ce qu’elle avait espéré…Tellement loin que c’était devenu le contraire de son souhait. Et en plus, comme il ne pouvait pas y avoir de timing plus affreux, sa famille s’était incrustée dans le voyage, elle ne savait toujours pas comment ils avaient fait à ce jour.

Elle avait espéré être en train de boire une boisson avec une demi-rondelle de citron posée sur le bord du verre, à regarder tranquillement la mer depuis son transat. Mais elle s’était retrouvée à faire du babysitting pour un obscur parent éloigné qui avait accompagné sa famille. Pourquoi elle ? Pourquoi ?!

C’était sûrement un mauvais moment à passer, s’était-elle dit au début. Mais un mauvais moment, comme son nom l’indique, ne dure qu’un moment. Donc il finit par passer. Pour elle, soit un moment était plus long que ce qu’elle avait pu croire, soit tout son séjour allait véritablement être un enfer. Elle était un peu dans le déni, et c’était pas plus mal. Elle pouvait encore se l’imaginer dans sa tête, cette mer qu’elle n’allait jamais voir en vrai à cause de sa malchance perpétuelle…

Elle avait alors fait quelque chose qu’elle n’aurait jamais cru faire dans sa vie. Elle s’était inscrite au cours de yoga de l’hôtel. Non pas parce qu’elle aimait le yoga, ça non. Mais plutôt pour avoir un moment, juste un petit moment de paix. Car la famille partageait une chambre d’hôtel, et ce n’était pas facile tous les jours. C’était ainsi qu’elle était devenue l’un des nombreux « disciples » de la prof de yoga. Et en fait, elle avait réussi à se détendre un peu. Ce n’était pas son souhait premier, mais c’était déjà pas mal. Il fallait voir le bon côté des choses…