Applique (Série lettres 2 : 1/26)

Il avait déménagé une semaine avant, mais il avait vraiment l’impression d’avoir été là plus longtemps, et ce n’était vraiment pas à cause de quelque chose de positif. Pas du tout. Tout le contraire. Quand il avait ouvert la porte le jour de son emménagement, il avait posé son sac sur le lit et il s’était laissé tomber dessus, épuisé par toutes les allées et venues et tous les coups de téléphones et lettres qu’il avait dû passer et écrire. Il avait pensé pouvoir se reposer, profiter de la vie dans ce nouvel appartement dans lequel il venait de s’installer. Il était en vacances pour une semaine, et il avait bêtement cru que ce serait un rêve devenu réalité. Qu’il serait seul et qu’on ne le dérangerait pas, qu’il pourrait faire ce qu’il voulait à toute heure de la nuit et du jour, que personne ne lui dirait rien. Oh, il avait pu, mais le problème était tout autre. Le problème venait de ses voisins.

Ils n’étaient pas bruyants, ils n’avaient pas d’enfants farceurs qui sonnaient aux portes pour agacer les voisins, ils ne claquaient pas les portes, ils n’avaient pas eu (pas encore) de fuite d’eau qui aurait pu traverser le plafond, faisant une grosse tâche, ils n’avaient pas bloqué l’ascenseur pendant des heures pour monter des affaires ou des courses. Non. De ce côté là, ils étaient impeccables. Il n’avait pas à se plaindre. Non, ce n’était pas le problème. Ils ne se plaignaient pas de lui non plus, c’était tout autre chose.

Toute la première journée s’était très bien passée, il n’avait rien remarqué. Tout allait donc bien, il avait eu l’impression de vivre son rêve dans la réalité. La vie ne lui avait pas souvent offert une version réelle de ses rêve, alors il en avait profité. Et il avait eu raison, car cela n’avait pas duré. Il s’en était rendu compte à la nuit tombée. Ayant rangé toute la journée, il était fatigué. Il s’était donc couché après avoir tiré soigneusement le rideau de la fenêtre. Et il avait constaté le problème. Le problème qui l’avait tenu éveillé toute la nuit. Le problème qu’il n’arrivait pas à résoudre depuis. Le problème causé par ses voisins, car il n’y avait pas que le bruit qui pouvait énerver, apparemment. Dès qu’il s’était allongé, il avait vu la lumière. Les voisins avaient une applique, une lumière d’extérieur fixée au mur. Et cette lampe éclairait pendant la nuit, comme une sorte de réverbère, pour éviter que l’arrière de leur appartement (ils étaient au premier étage) soit totalement obscur. Mais sa fenêtre à lui donnait directement sur cette lampe qui avait une ampoule qui n’était définitivement pas à basse consommation, étant donné la luminosité immédiate et aveuglante. En plus, pour tout arranger, cette ampoule semblait avoir quelques problèmes de réglages, car il lui arrivait de clignoter sans prévenir, ce qui avait le don de le réveiller au milieu de la nuit, si par miracle il avait réussi à s’endormir. Cette lumière arrivait à passer à travers son rideau, et c’était usant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s