Karting (Série lettres 2 : 11/26)

Il avait commencé par dire non. Et quand Papa disait non…Eh bien apparemment cette phrase avait une toute autre fin que ce qu’on pouvait penser. Car on aurait pu croire que quand Papa disait non, c’était non, c’était définitif et tout réfléchi. Mais en réalité, quand Papa disait non, il y avait une chance qu’il change d’avis. On pouvait l’avoir à l’usure, si on insistait suffisamment. Et il savait qu’il était un faible, pour avoir cédé. Oui. Le Papa qui menaçait, celui qui diasait non, l’inflexible, avait dit oui après avoir subi trois jours de pression de la part de ces petits monstres ( pardon, de ces mignons, adorables chérubins). Il avait dit oui et il l’avait regretté bien vite. À la seconde ou le mot était sorti de sa bouche, il avait regretté d’avoir accepté. Mais il avait tenu trois jours avant de baisser les armes. Bon, ce n’était pas si grave. Les enfants n’avaient pas obtenu le droit de pouvoir fumer ou encore de se droguer. Non. Ce n’était pas ça.

La chose pour laquelle ils avaient fait tout ça, c’était….le karting ! En réalité, il avait toujours eu envie de faire du karting lui-même, et ce depuis longtemps. Alors résister à une proposition pareille avait été très, très difficile. Au début, il leur avait dit qu’ils étaient trop jeunes. Mais ces mini répliques de lui-même avaient sorti le dépliant explicatif, lui montrant que non, ils n’étaient pas trop jeunes, et que ce n’était donc pas un argument. C’était à ce moment-là qu’il avait regretté de les avoir aidé avec leurs devoirs de lecture. Ces mômes étaient bien trop intelligents. Ils savaient tenir un débat à cet âge ?! Mais quelle question. Pour obtenir ce qu’ils voulaient, bien sûr qu’ils savaient faire. Même s’ils n’étaient pas toujours brillants en classe, ils étaient monstrueusement malins pour le convaincre.

Le débat s’était ensuite transformé en concours de « qui est le plus pénible gagne » et le Papa, le vrai Papa qui dit non, l’inflexible, avait cédé. Il avait dit oui. Et il allait les emmener faire du karting. Et ils allaient tous bien s’amuser. Il allait juste prétendre que c’était son idée pour « sortir un peu les enfants ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s