Vadrouille (Série lettres 2 : 22/26)

Elle avait décidé de faire une pause. De partir un peu pour respirer. Trop de travail allait finir par lui nuire. Elle avait donc loué un petit appartement dans une ville qu’elle ne connaissait absolument pas. Elle n’avait fait aucune recherche avant de s’y rendre car elle n’avait pas eu le temps.

Le jour J, elle avait sauté dans sa voiture. Elle avait failli ne pas partir car elle avait du mal à décrocher de son boulot. Elle avait voulu savoir où en était un dossier en cours et avait failli manquer l’horaire qu’elle s’était fixé pour partir. Si elle partait plus tard, elle serait en retard et la propriétaire ne serait pas là pour lui donner les clefs. Et dans ce cas là, la seule solution serait d’aller dormir dans un hôtel, en espérant qu’ils acceptent des voyageurs de dernière minute, sans réservation. Elle n’avait que ce plan b si jamais elle arrivait trop tard, alors elle espérait aussi que les hôtels n’étaient pas trop miteux, dans cette ville.

Elle était donc partie (presque) à l’heure, et elle avait réussi ( en dépassant quelques limitations de vitesse de temps à autre) à arriver à l’heure chez la logeuse qui lui avait donné les clefs. Donc ce problème n’en était plus un. En principe, en vacances, il n’y avait plus de problèmes. Mais ce n’était peut-être pas le cas de tout le monde, après tout. A peine arrivée dans l’appartement, elle découvrit que les voisins aimaient beaucoup faire la fête. Elle aurait bien donné des coups de balais dans le plafond pour leur dire d’arrêter, mais honnêtement, le plafond n’avait pas l’air très solide, mieux valait ne pas taper dedans. C’était plus prudent.

Épuisée par le bruit fait par ses voisins pendant la nuit, elle se réveilla assez tard et elle décida d’aller se promener. Elle n’avait toujours pas regardé ce qu’il pouvait y avoir à visiter dans cette ville et elle n’avait pas de plan ni de brochure. Elle allait y aller comme une véritable aventurière. Après tout, quelqu’un avait dit que pour mieux visiter, il fallait se perdre. Elle savait qu’elle courait à la catastrophe, mais elle n’alla pas chercher une carte.

Quelques heures plus tard, ce qui devait arriver arriva. Elle s’était perdue. Elle fut obligée de prendre un taxi pour regagner son hôtel. Et ce ne fut pas sans mal car elle avait oublié le nom de l’hôtel et dût le chercher sur la carte de visite qui avait glissé au fond de son sac….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s