(Le destin, ce puzzle) Chapitre 8 : La hanche

Ce jour-là, elles avaient encore eu une idée de décoration. Mais la décoration n’était pas toujours une activité qui se terminait bien, dans cet appartement, apparemment. Avant, il y avait eu les disputes, et maintenant, ça. Décidément, ce n’était pas un bon bilan. Cette fois-ci, elles avaient acheté un nouveau tableau. Bien sûr, elles n’allaient pas faire des trous dans les murs, elles n’avaient pas le droit à moins de demander la permission au propriétaire qui n’allait probablement jamais les autoriser à percer ses murs pour un petit tableau qui n’allait sans doute pas rester pour toujours sur le mur. 

Daisy, qui avait toujours des idées brillantes, avait trouvé un système de fixation ne nécessitant pas de trous. Un système tout nouveau et révolutionnaire, avait-elle dit. Les deux autres se méfiaient un peu de ses idées fabuleuses. Après tout, elles vivaient toutes les trois depuis plusieurs mois, et les idée de Daisy, bien qu ‘  « extraordinaires » selon elle, étaient loin de l’être. Elles se finissaient souvent extraordinairement mal. C’était la seule chose extraordinaire qu’elles avaient, malheureusement. La base de l’idée était souvent bonne, comme celle d’accrocher un tableau. Tester une méthode de fixation expérimentale était une moins bonne idée, par contre. Car personne ne pouvait prévoir le désastre à venir. Bien sûr, il arrivait que rien ne se passe, et dans ce cas, tout le monde était content. Aussi bien les voisins que les deux autres filles qui vivaient avec elle dans cet appartement. 

Il y avait donc des jours avec, et des jours sans. Eh bien c’était un jour sans. De toute manière, cette phrase ne pouvait pas être suivie de : « c’était un jour avec », cette suite n’existait pas. Cette phrase servait à annoncer des désastres. C’était comme ça. C’était donc un jour sans. Vraiment sans. Le tableau ne put pas être accroché, et ce ne fut pas le seul malheur de cette histoire. Cela aurait pu être le seul malheur, mais la vie n’était pas ainsi. Elles avaient emprunté un escabeau à un voisin. Mina avait décidé que les deux autres allaient faire n’importe quoi et tomber et elle s’était donc autoproclamée poseuse de tableau sur le mur. Mauvaise idée. 

C’était la raison pour laquelle elle était à présent sur un lit d’hôpital.Elle s’était fait mal à la hanche en tombant de l’escabeau car le « système innovant » de Daisy était tombé aussitôt après avoir été mis en place, et elle avait voulu le rattraper, provoquant ainsi sa chute. Cet accident déclencha la création d’une règle primordiale dans l’appartement : ne jamais écouter Daisy quand l’idée semblait farfelue. Même un peu. Peut-être valait-il mieux ne pas prendre ses idées en compte du tout, car après tout, les exemples d’idées qui finissaient bien étaient assez rares. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s