(Le destin, ce puzzle) Chapitre 17 : Qualificatif

Un jour, en rentrant de ses cours, Daisy trouva ses colocataires assises sur le canapé. Il fallait savoir qu’elles avaient un seul cours en commun, et qu’elles aimaient bien réviser leurs leçons pour ce cours ensemble sur le canapé. Et généralement, cela finissait en rigolade, et elles avaient mystérieusement les meilleures notes du cours. Comment faisaient-elles pour réviser en riant, mais réussir quand même à apprendre quelque chose et avoir une bonne note ? Daisy n’en savait rien, mais pour être honnête, elle aurait bien aimé avoir ce cours elle aussi. Non pas parce qu’elle voulait avoir un cours supplémentaire ou parce qu’elle aimait le français, ça non. Non, c’était plutôt parce qu’elle enviait la relation facile entre Mina et Paula du fait de ce cours. Avoir quelque chose en commun les rapprochait d’une manière qui ne serait jamais possible pour Daisy. Elle n’avait pas grand-chose en commun avec ses colocataires, à part peut-être l’appartement qu’elles occupaient. Rien de vraiment intéressant, en tout cas. Rien qui soit lié aux cours. Elle arrivait à parler facilement à Mina, mais avec Paula, elle avait beaucoup plus de mal. Elle ne savait pas trop pourquoi, mais en dépit du fait qu’elles soient amies, elles n’étaient pas très proches. Ou du moins, pas aussi proches que Daisy l’aurait voulu. 

Ce jour-là, donc, quand elle rentra de son cours, elle les trouva en train de réviser sur le canapé, comme elles le faisaient d’habitude. Mais cette fois-ci, elles avaient l’air…un peu éteintes. Elle leur demanda ce qui leur arrivait. Elles lui répondirent qu’elles devaient réviser pour un contrôle le lendemain, et que leur sujet était vraiment ridicule. C’était apparemment sur les adjectifs qualificatifs. La prof avait vu que certains de la classe ne les avaient toujours pas compris, et en fac il était temps de comprendre de quoi il s’agissait, et du coup elle leur avait dit qu’elle allait faire une interro là dessus le lendemain. Du coup, les deux jeunes femmes fulminaient. Elles n’avaient pas envie de réviser un cours datant de leurs années d’école.Daisy pouffa de rire. Elle leur tapota l’épaule en leur souhaitant bonne chance, allant siroter son thé juste à côté d’elles, ouvrant un magazine de mode. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s