DDLA #1 « Souvenir d’un jour de pluie »

(venant du blog de Pandora Black)

DDLA / Article

C’était un jour gris. Un jour triste et déprimé. J’étais à l’école primaire, et pour moi, les jours de pluie étaient des jours où rien ne pouvait se passer bien. Cela a l’air bien stupide, maintenant, avec le recul, mais je voyais les choses comme ça. Je ne peux pas revenir en arrière pour dire à mon moi du passé que c’est idiot de penser que le temps peut affecter la journée de quelqu’un. Si c’était vraiment le cas, alors ceux pour qui il pleut souvent seraient tout le temps malheureux. Cela se saurait.

Bon, en tout cas, c’était un de ces jours où mon humeur était grise, comme le ciel, pluvieuse, comme le temps. Comme par hasard, le contrôle était tombé ce jour-là. (mais alors, peut-être était-ce seulement ma malchance à moi, qui faisait que rien ne se passait bien un jour de pluie ? ) Un contrôle qui me stressait, évidemment. Un contrôle de maths.

Je détestais tout de ces journées. Déjà, il faisait froid, en plus, le sol de la classe avait toujours de petites flaques à certains endroits car certains avaient oublié de s’essuyer les pieds en rentrant, et puis certains avaient les cheveux tous mouillés, car ils n’avaient pas de capuche. En plus, dans la cours, il y avait les feuilles. Ces affreuses feuilles entre lesquelles il fallait passer à cloche pieds, pour ne pas glisser et tomber en jouant au loup. Il y avait toujours au moins un puni pour avoir couru sur les feuilles. En ayant fait exprès ou non. C’était la même chose pour les plaques de verglas en hiver. Chaque saison avait ses choses glissantes qui provoquaient des punitions, apparemment.

L’école ne voulait pas qu’on se casse une jambe et que les parents les blâment après pour ne pas avoir ramassé les feuilles ou brisé les plaques de verglas, sans doute. Mais un enfant ne comprend jamais avant d’avoir essayé. Ou d’avoir vu la conséquence d’une chute sur une autre personne, dans mon cas. La conséquence étant d’avoir mal et en plus de se faire gronder et punir. Donc pas une bonne conséquence. Aucun amusement là dedans.

Mais ces journées pluvieuses voulaient aussi dire que, s’il pleuvait quand on devait aller en récréation, alors nous étions obligés d’aller nous réfugier sous le préau. Le préau était un endroit que je détestait particulièrement. Car préau = pluie. Pluie = préau. Sous le préau, tout le monde, toutes classes confondues, étaient entassées, et il y avait beaucoup de bruit, et on ne pouvait rien faire d’autre que discuter. Alors maintenant, ça m’aurait convenu, mais à l’époque, je me sentais un peu claustrophobe, sous ce préau. Et puis il y avait toujours quelqu’un qui essayait de sortir sous la pluie et qui se faisait punir à cause de ça, ou qui en poussait un autre, et là même combat.

Voilà donc mon souvenir d’un jour de pluie en école primaire.

Les autres défis

Le destin, ce puzzle

4 commentaires sur “DDLA #1 « Souvenir d’un jour de pluie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s