Défi 30 jours d’écriture Kea Ring n°16 (2e édition)

(provenant du blog de Madame Kea Ring)

16) Ecrire une histoire courte en 30 minutes

Tista n’était pas une femme ordinaire. On disait souvent ce genre de phrase, mais elle ne prenait tout son sens que lorsqu’on parlait de quelqu’un de vraiment pas ordinaire, en fait. Comme Tista. Elle n’était pas humaine. Ou du moins, elle ne l’était pas exactement. Elle était plusieurs choses à la fois. Elle était en partie humaine, mais pas seulement. Elle était aussi en partie Vampire. Cela ne se voyait que quand elle se servait de ses pouvoirs. On pouvait alors voir (si on observait bien) apparaître ses canines tranchantes. Mais il fallait vraiment bien regarder, car elle les cachait. Elle était aussi en partie sorcière. Elle avait donc des pouvoirs magique dont elle se servait principalement pour s’éclipser en cas de problème. C’était donc une personne peu ordinaire, dans tous les sens du terme. Personne ne devait savoir qui elle était vraiment, ou elle serait faite prisonnière et étudiée sous toutes les coutures. Elle n’y tenait pas tant que ça. La curiosité des gens était parois plus que malsaine. Elle voulait donc garder son secret pour elle. C’était la meilleure chose à faire. Et puis la curiosité des gens n’était pas la seule raison pour laquelle elle voulait garder ses origines secrètes. Le problème venait également de l’endroit où elle vivait. Le gouvernement n’aimait pas du tout ce qu’ils appelaient « les mutants » ou « mixtes », c’est à dire des personnes qui n’étaient pas totalement humaines, voire même pas du tout. Tista était la pire de toutes, car elle cumulait non pas une mais trois « espèces » différentes. C’était beaucoup, même pour elle parfois. Son ouïe fine de vampire était parfois très agaçante, elle pouvait entendre des choses qu’elle aurait voulu ne jamais entendre. Ses pouvoirs de sorcière agissaient souvent selon ses humeurs, et il valait mieux ne pas être à côté d’elle quand elle était en colère, car elle avait déjà détruit tout un étage d’un immeuble à cause de sa colère. Bien sûr, elle s’en était voulu après, mais ce qui était fait était fait. Elle avait appris à contrôler un peu mieux ses pouvoirs, à présent, mais il arrivait toujours qu’ils fassent n’importe quoi, généralement quand elle avait des émotions très puissantes, comme une profonde tristesse ou une immense colère en elle. Et cela arrivait parfois, car elle était souvent en train de s’enfuir de quelque part, devant parfois laisser des personnes derrière elle alors que la police les poursuivait, faute d’avoir été plus près pour les téléreporter avec elle.

Ces derniers temps, la vie en ville avait empiré, mais ce n’était pas que pour Tista. Le gouvernement avait découvert que beaucoup de « mutants » vivaient dans les environs, et ils avaient déclaré qu’un couvre-feu était nécessaire pour protéger la population des « êtres bizarres » qui sillonnaient les rues la nuit, pouvant attaquer de pauvres humains sans défense. Tista n’avait encore jamais attaqué un humain ( à moins qu’il ne l’ait vraiment mérité…) et elle trouvait ces mesures très énervantes. Non seulement parce que des patrouilles passaient la nuit à surveiller les différents quartier, rendant ses balades nocturnes plus difficiles à faire, mais aussi parce qu’elle pouvait moins voir son amie humaine, la seule qui savait qu’elle était humaine/vampire/sorcière, et aussi sa seule amie. Qui l’aidait à vivre en dépit du fait qu’elle devait se méfier tout le temps. Car une seconde aurait suffi pour elle soit découverte. Une personne qui voyait ses dents ou bien qui la voyait faire de la magie, et c’était fini. Léana, son amie humaine, était donc bien embêtée par le nouveau couvre feu car elle pouvait aller aider Tista bien moins facilement. Tista était obligée d’aller la chercher ou bien d’attendre des heures dans ses ruelles sombres, espérant qu’il ne soit rien arrivé à Léana en venant. Elle avait beau avoir une ouïe très fine, elle ne pouvait pas encore voir à travers les murs, et attendre Léana pour leur rendez-vous tous les deux jours la stressait plus que tout au monde. Contrairement à elle, Léana n’était pas quasiment immortelle. S’il suffisait d’une seconde pour que Tista soit découverte, il suffisait aussi d’une seconde pour que son amie humaine meure. Et elle ne voulait pas que cela arrive. Jamais. Jamais au grand jamais. Elle faisait son possible pour la protéger, mais elle ne pouvait pas toujours être là, et donc elle s’inquiétait, se reprochant chaque fois de mettre sa seule amie en danger. Elle avait aussi vraiment besoin d’elle, car elle ne pouvait pas entrer dans un magasin, ils avaient mis de nouveaux détecteurs qui sonnaient quand un « mutant » essayait de passer. Le meilleur moyen de se faire prendre en une seconde, donc. Léana lui apportait donc régulièrement des provisions. Et elle risquait sa vie et sa liberté pour ça. Mais elles se connaissaient depuis trop longtemps pour qu’elle renonce à faire le voyage. Avant, la ville avait été différente. Elles avaient connu les moments où Tista pouvait entrer librement partout sans risquer de se faire capturer et tuer. Mais maintenant, tout avait changé. Et elles essayaient de faire avec. Mais elles n’avaient pas vraiment le choix, pas vrai?

Ce soir-là, Tista attendait Léana. Quand elle la vit arriver au coin de la rue, elle poussa un soupir de soulagement. Elle la tira dans la ruelle où elle s’était réfugiée, lui souriant :

  • Te voilà enfin ! Je m’inquiétais, tu sais ! J’ai cru qu’il t’était arrivé quelque chose !

Léana la laissa l’examiner sous toutes les coutures. Tista faisait souvent cela pour se rassurer, pour vérifier si Léana était blessée quelque part. Après seulement elle retrouvait son calme. Son amie lui tendit un sac de victuailles qu’elle prit avec reconnaissance. Mais au moment où elle allait la remercier, une patrouille arriva, faisant beaucoup de bruit avec leurs grosses bottes. Tista et Léana se mirent à courir pour quitter le quartier. Quand elles furent assez loin, elle ne voulait pas qu’on la voie faire de la magie, Tista les téléporte loin de la ville. Elles reparurent dans une prairie. Léana était essoufflée. Tista la serra contre elle. Elle ne voyait jamais personne, devant toujours se cacher. Elle tenait beaucoup à Léana qui venait la voir aussi souvent que possible. Tista sentit le coeur de son amie battre à une vitesse folle. Elle avait eu peur, tout comme elle. Elle avait moins l’habitude qu’elle de prendre la fuite. Tista n’avait pas de coeur qui battait, elle. Elle avait fait la paix avec cette pensée il y a longtemps. Elle frissonna en pensant à ce qui aurait pu arriver si la patrouille avait trouvé Léana quelques minutes auparavant. Elles s’assirent dans l’herbe pour discuter un peu. Ici, personne ne les dérangerait. Tista donna son manteau à Léana qui frissonnait. Elle n’en aurait pas besoin, elle ne sentait pas le froid. Elles restèrent là longtemps, à regarder les étoiles et à parler.

Les autres défis

Le destin, ce puzzle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s