Juste un Halloween de plus chapitre 5

Les amis de Marguerite prenaient le fait qu’elles soient ennemies très au sérieux. Certains l’ignoraient, d’autres l’attaquaient verbalement dès qu’elle essayait de parler à sa meilleure ennemie. Mais elle pouvait les comprendre : leur relation était très étrange. En tout cas, quand elle avait été invitée chez Marguerite pour la soirée « films d’horreur », tout s’était passé très vite. Astrid l’avait provoquée en disant que c’était sûrement une peureuse, et cela avait tout provoqué. Iris était arrivée un peu en avance à la soirée, et la discussion avec Marguerite avait été très peu fluide, presque forcée. Elles n’avaient pas l’habitude de se parler normalement. 

Les amis de Marguerite étaient ensuite arrivés, et elles n’avaient plus du tout essayé de discuter. Iris s’était retrouvée à côté de Marguerite. Pendant tout le film, elle avait remarqué que cette dernière sursautait régulièrement. Elle n’avait pas l’aird’aimer beaucoup les films d’horreur comme ses amis, ce qui était plutôt surprenant car c’était la seule dans le groupe qu’ils formaient à être dans ce cas. Encore plus bizarre, elle avait accepté de regarder un film d’horreur. 

Volontairement, elle se tenait devant l’écran. Lorsqu’elle s’en rendit compte, Iris éprouva une sorte d’admiration pour sa meilleure ennemie. Marguerite regardait des films qu’elle détestait avec eux juste pour leur faire plaisir. Le tonnerre et les coups frappés à la porte par des enfants demandant des bonbons firent aussi sursauter Marguerite. Iris remarqua alors qu’elle se collait instinctivement à Astrid, une des personnes les plus proches. Oui, une des plus proches, car Iris était là aussi ! Elle se demanda pourquoi Marguerite ne venait pas vers elle . Puis elle se rappela qu’elles étaient ennemies, et que les ennemis ne se réconfortaient pas entre eux, en principe. Peu après, Marguerite s’endormit. Astrid fit signe à Iris de l’aider à mettre Marguerite dans une position plus confortable pour qu’elle n’ait pas mal au dos à son réveil. Lorsque que Marguerite se réveilla, elle paraissait détendue. Mais elle sembla se concentrer sur le film qui avait changé entre temps, et elle se raidit à nouveau, effrayée. Sans réfléchir, Iris lui prit la main pour tenter de l’apaiser. Marguerite ne dût pas voir qu’elle n’était pas une de ses amis, car elle serra sa main fort, toute effrayée qu’elle semblait être. 

Au bout d’un moment, bien que ne voulant pas révéler à Marguerite qu’elle était celle qui lui avait pris la main pour la rassurer, elle finit par lui dire qu’elle lui serrait un peu trop fort la main. Cela eut pour effet immédiat que Marguerite retira sa main. Elle lâcha la main d’Iris comme si elle s’était brûlée. Iris soupira intérieurement, soulagée de ne plus avoir cette pression douloureuse sur sa main. D’un autre côté, elle aurait préféré ne pas dire à Marguerite qu’elle tenait la main de sa meilleure ennemie. Les ennemis n’avaient en principe pas pour habitude de se tenir la main pour se rassurer. Pendant tout le film, elles s’ignorèrent l’une l’autre. Marguerite sursauta encore une bonne demi-douzaine de fois, allant vers Astrid. Iris regretta alors sa décision. Si elle avait souffert en silence, alors Marguerite ne serait pas partie vers Astrid pour mieux la fuir. Cette phrase avait bien plus de sens que ça dans sa tête. La fin du film arriva bientôt. Il était tard, à force. 

Mais la soirée ne faisait que commencer. Astrid sortit une planche qu’elle qualifia de « magique » et qui selon elle servait à entrer en contact avec les esprits. Selon Iris, jouer avec cette planche était donc potentiellement très dangereux. Marguerite sembla être du même avis. Mais les autres parurent enthousiasmés par ce qu’Astrid avait apporté. Iris ne voyait vraiment pas pourquoi. Elle aimait les films d’horreur, ou du moins elle les supportait, mais elle ne ressentait pas le besoin d’entrer en contact avec les esprits. S’installant une nouvelle fois près de Marguerite qui s’était mise un peu en retrait et qui ne participait pas à la séance de contact, elle se dit que la soirée avait toutes les chances de mal tourner. Elle avait comme une mauvaise impression par rapport à la situation. Elle prit un coussin et vit Marguerite l’imiter du coin de l’oeil. Les participants à la séance joignirent les mains. Marguerite n’avait pas l’air particulièrement rassurée. Elle tremblait derrière son coussin, jetant par intermittence de petits regards affolés vers le cercle ainsi formé. 

PDV Maggie :

Tout était silencieux. Astrid alluma une bougie. Elle toussa à cause de la fumée qui lui revint dessus. Les doigts de Marguerite se crispèrent sur le coussin. Astrid prononça quelques mots, puis elle posa une question à « l’esprit ». Tout le monde sursauta quand des coups se firent entendre. 

Chapitre 1

Chapitre 6

3 commentaires sur “Juste un Halloween de plus chapitre 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s