Hameçon (Série lettres 3 : 8/26)

Elle n’avait encore jamais essayé de pêcher. Mais maintenant qu’elle était en train de le faire, elle se dit qu’elle n’avait vraiment rien raté en ne le faisant pas plus tôt. Alors qu’elle avait cru qu’il s’agissait d’une activité passionnante rythmée par les vagues et les gros poissons, voilà qu’elle se retrouvait sur la rive d’une petite rivière, à attendre pendant des heures un poisson qui ne venait pas. On lui avait dit de ne pas faire de bruit pour ne pas effrayer les poissons, mais cette technique ne semblait pas vraiment fonctionner. Ou peut-être n’avait-elle encore rien attrapé parce qu’une famille avec des enfants qui pique-niquait non loin de là faisait beaucoup de bruit.

En tout cas, elle attendait depuis des heures, et elle n’avait pas vu un seul poisson passer dans l’eau. Du moins pas de son côté. Elle voyait qu’un autre pêcheur un peu plus loin n’arrêtait pas d’en sortir de l’eau avec un sourire triomphant, mais elle n’en avait pourtant pas vu passer. Faisait-il semblant ? Avait-il un secret pour les attirer ? Lui « volait »-il tous les poissons de la rivière ? Elle aurait dû le voir, si un poisson était passé pour aller s’accrocher à la canne à pêche de l’autre pêcheur. Elle avait les yeux fixés sur l’eau et elle commençait à voir trouble tellement son regard était fixe.

Soudain, elle vit passer un poisson sous l’eau. Se redressant en faisant attention à ne pas effrayer l’animal, elle fixa l’eau du regard avec plus d’intensité encore, comme si cela pouvait l’aider à enfin attraper quelque chose. C’était la première fois qu’elle pêchait, et elle ne savait même pas ce qu’elle allait faire du poisson si jamais elle en attrapait vraiment un. Cela ne lui avait même pas traversé l’esprit car elle n’avait pas espéré pouvoir en avoir un, puisqu’elle n’en voyait pas depuis des heures. Elle se concentra tellement fort qu’elle oublia ce qu’il y avait autour d’elle. Elle oublia qu’elle était au bord de la rive et que cela pouvait glisser.

Elle sentit soudain un de ses pieds partir avec la terre, et elle, sa canne à pêche et son sac se retrouvèrent dans l’eau, avec le poisson. Sauf que le poisson, alerté par sa chute, avait fui depuis longtemps. Elle se releva. Elle était trempée de la tête aux pieds. Lorsqu’elle réussit à déboucher ses oreilles, elle remarqua que l’autre pêcheur était en train de lui hurler des insultes car elle avait fait fuir son poisson. Non vraiment, se dit-elle en remontant péniblement sur la berge, la pêche n’était pas une activité pour elle.

Et vous, pêchez-vous ? Avez-vous envie d’essayer ?

Un commentaire sur “Hameçon (Série lettres 3 : 8/26)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s