Tradition, chapitre 5

Lucile parut reprendre un peu ses esprits après quelques minutes passées sur le canapé de la maison de Louise à contempler le plafond. Louise était très inquiète. Pourquoi sa locataire et nouvelle amie s’était-elle évanouie de la sorte ? Quand elle apprit que ses frères étaient repartis dans le manoir, Lucile déclara qu’ils étaient en danger. Elle commença à s’agiter nerveusement, disant qu’il fallait qu’elle y retourne pour les sauver. Louise, qui n’avait aucune envie d’aller là bas alors qu’il y avait semblait-il des manifestations surnaturelles, tenta de la dissuader d’y revenir. En vain. Elle ne voulait rien entendre, répétant seulement avec conviction que ses frères étaient en danger. 

Louise l’accompagna donc au manoir, peu rassurée. Elle n’avait pas envie de laisser Lucile se rendre seule dans le sinistre bâtiment, mais elle avait peur. Elles entrèrent. La porte grinça. Où étaient les deux frères de Lucile ? Elles finirent par les trouver cachés derrière le canapé, armés de lampes de chevet. Louise faillit pouffer de rire en les voyant. Que comptaient-ils faire avec ça ?! S’il y avait vraiment un fantôme, une lampe ne pourrait rien contre lui ! Elle leur dit :

  • – Bon alors, que se passe-t-il ? Est-ce une blague pour nous rendre la pareille ? Eh bien elle est réussie. Félicitations. Mais je crois que maintenant, vous pouvez reprendre votre soirée. 

Les deux frères ne lui répondirent pas, pointant frénétiquement leurs doigts vers quelque chose derrière elle. D’abord figée, elle se retourna lentement. Là, devant elle, se trouvait Lucile. Mais ce n’était pas vraiment Lucile, car elle avait des yeux rouges et un sourire cruel. Les cheveux de Louise se dressèrent sur sa tête. Lucile leur faisait-elle une blague ? Elle espérait que c’était le cas, elle l’espérait très fort, mais cela avait l’air si réel ! Les deux frères firent diversion en criant depuis l’arrière du canapé. Louise sortit en courant de la pièce. Elle savait que son grand-père lui avait parlé d’une situation comme celle-ci. Bien sûr, elle ne l’avait jamais vraiment pris au sérieux, car toute cette histoire avait l’air complètement irréelle. Mais aujourd’hui, ses conseils allaient peut-être pouvoir lui servir. Elle courut voir dans le placard sous l’escalier. Mais où était-il ? Elle finit par trouver un tout petit bouton qui, une fois pressé, dévoila une cache secrète contenant une fiole avec un pulvérisateur. 

Elle courut à nouveau jusqu’au salon. Lucile, ou plutôt ce qui avait pris le contrôle du corps de Lucile, était en train d’essayer de tuer un de ses frères. Louise poussa un cri en voyant ça, attirant l’attention du monstre qui se mit à courir vers elle. Louise lui envoya alors une giclée du liquide de la fiole dans la figure. Lucile se mit alors à crier, à se contorsionner bizarrement, pour finalement tomber à terre, tremblante. Une sorte de fumée rouge s’échappa de son corps. Louise pulvérisa encore un peu de liquide dessus, et la chose rouge disparut en hurlant. Lucile avait perdu ses yeux rouges. Elle dit :

  • – Que…Que s’est-il passé ? Qu’est-ce que je fais là ? J’étais chez Louise, non ? 

Louise lui expliqua ce qui était arrivé, expliquant aux trois frères et sœurs les conseils de son grand-père. Elle déclara qu’elle ne louerait plus jamais ce manoir car il était bien trop dangereux. Elle les invita à terminer leur séjour chez elle, loin du lieu maudit. 

Et c’est ainsi que les frères purent regarder leurs films d’horreur sur le canapé de Louise, pendant que leur sœur et Louise jouaient aux petits chevaux dans la cuisine en mangeant des bonbons et de la pizza. 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s