Ce soir-là, c’était Halloween : Chapitre 4

Ghislaine tenait toujours le téléphone d’Arthus dans sa main. Il ne sonnait plus, et la petite rue était maintenant plongée dans le noir car son écran s’était éteint. Elle entendait vaguement Lilou parler à quelqu’un un peu plus loin. Son angoisse avait refait surface, mais cette fois-ci, ce n’était pas à cause d’une mauvaise note. C’était bien pire qu’une mauvaise note. Elle avait un très mauvais pressentiment. Elle sentait que ses amis n’étaient pas juste partis faire un tour. Il se passait quelque chose ici, et personne ne s’en était rendu compte ! Etait-ce une blague ? Etait-ce une attraction pour la fête ? Après tout, c’était Halloween, et donc tout le monde avait des histoires plein la tête. Ghislaine allait sortir de la rue à son tour pour aller rejoindre Lilou, quand elle entendit quelque chose qui la fit s’arrêter net. Le téléphone dans sa main…Il était en train de sonner ! Mais qui donc était en train de l’appeler ? Lilou était au téléphone, et Ghislaine n’était pas non plus en train de le faire. Elle regarda l’écran du portable, se rendant compte que c’était Sonia qui appelait. Une fois revenue de sa surprise, elle se dit que son amie allait sûrement pouvoir lui expliquer la blague dont elle avait été victime. Elle décrocha.

Tout d’abord, elle n’entendit rien. Puis elle perçut un bruit. Une respiration. Et ce fut tout. L’appel s’interrompit. Cinq secondes plus tard, ce fut son propre téléphone qui sonna. Elle frissonna. Elle avait l’impression que quelque chose ne tournait pas rond, mais elle ne savait pas quoi. C’était encore Sonia qui l’appelait. Elle décrocha.

….Lilou, qui était au téléphone avec sa mère, était en face de la boutique de la vieille dame qui vendait des objets bizarres et effrayants. Tiens, elle n’était pas dans son magasin, d’ailleurs. Lilou vit aussi de drôles de petites poupées faites en…Etait-ce des dents ? Non, bien sûr que non… Elle reprit sa conversation, et soudain, elle entendit un cri perçant. Il venait de la rue où elle avait laissé Ghislaine. Avait-elle croisé un de ces zombies de la maison hantée ? Lilou raccrocha au nez de sa mère, courant vers la rue. Essoufflée, elle appela son amie. Personne ne répondit. Elle s’avança dans la rue, son téléphone toujours à la main. Son sang se figea dans ses veines. Là, par terre, se trouvaient trois téléphones. Elle reconnut aisément celui de Ghislaine. S’approchant, elle vit que les deux autres étaient ceux de Sonia et Arthus. Ghislaine avait-elle eu raison en s’inquiétant pour leurs deux amis ? Et où était-elle maintenant ?

Lilou sentit soudain qu’on l’observait. Puis son téléphone sonna. Un numéro inconnu. Elle sentit soudain des dents pointues se planter dans son cou. Elle poussa un cri, lâchant le téléphone qui continuait de sonner. Se débattant, elle eut le temps de voir les mains de son agresseur. Elles étaient vieilles et noueuses. La dernière chose que Lilou pensa avant de perdre conscience fut que tous les vampires n’étaient pas jeunes et beaux, apparemment. Et aussi que la vieille femme du magasin d’objets effrayants ne collectait pas ses objets dans des pays étrangers, mais bien ici, et sur de vrais gens… Ces statuettes…peut-être était-ce bien des dents qui les constituaient, en fin de compte.

Chapitre premier

Ce soir-là, c’était Halloween : Chapitre 3

Ghislaine et Lilou sortirent de la maison hantée en criant. C’étaient en réalité de grandes peureuses. Elles adoraient se faire peur. Heureusement pour elles, elles n’avaient jamais de cauchemars après avoir fait ce genre d’attraction ou après avoir vu un film d’horreur. Ce n’était pas vraiment le cas d’Arthus et Sonia qui refusaient catégoriquement depuis des années d’entrer dans cette « horrible attraction » ou de regarder le moindre film un peu effrayant. Ghislaine était très contente de sa visite. Ils s’étaient surpassés, en faisant la maison, cette année ! Elle prit la main de Lilou pour l’entraîner un peu plus loin. Elle savait que son amie n’irait pas dans la même université qu’elle. C’était comme ça, elle devait s’y faire. Mais cette pensée la rendait triste. Elle avait l’impression qu’elle n’allait jamais la revoir. Elle lui acheta des bonbons, et elles s’assirent sur un banc. Lilou parlait avec animation de l’attraction qu’elles venaient de faire. Elle était en train de raconter pour la centième fois comment elle avait été surprise par un zombie qui se terrait dans l’ombre juste à côté de la porte de sortie.

Ghislaine lui sourit, tout en se demandant vaguement où étaient passés Arthus et Sonia. Arthus avait-il retrouvé Sonia sur le banc où il était ? Oui, sûrement, et ils avaient mangé leur paquet de bonbons comme ils le faisaient chaque année. Elle ne voyait vraiment pas pourquoi elle s’inquiétait comme ça. C’était ridicule. Elle se demanda aussi qui avait bien pu téléphoner à Sonia à cette heure-ci, surtout que ses parents savaient où elle était, ils faisaient toujours la même chose le soir d’Halloween. Elle n’avait a priori pas d’autres amis qui auraient pu lui téléphoner. Elle n’avait qu’eux, comme amis. Ils étaient les seuls adolescents, et elle n’était pas amie avec les petits qui étaient de toute manière trop jeunes pour avoir un téléphone. Ghislaine sortit de ses pensées quand Lilou lui toucha l’épaule en lui demandant à quoi elle pensait. Elle lui répondit qu’elle se demandait où étaient passés Arthus et Sonia.

Lilou voulut retourner à l’endroit où elles avaient vu Arthus en dernier. Ils y seraient sûrement, et cela rassurerait Ghislaine. Elles s’y rendirent donc, trouvant le banc vide. Ni Arthus ni Sonia ne s’y trouvaient. Bizarre. Ils devaient être partis les chercher. Mais le village n’était pourtant pas si grand ? Elles repassèrent devant le magasin de la vieille femme qui vendait des objets effrayants tout en réfléchissant. Lilou sortit son téléphone. Elle appela Arthus. Personne ne répondit, mais elles entendirent une sonnerie qui venait d’une rue non loin de là. S’il était si près d’eux, pourquoi ne répondait-il pas ?

Elles se rendirent dans la rue. Ne voyant tout d’abord rien, Ghislaine repéra le téléphone. Il était par terre en train de sonner. Ghislaine le ramassa, regardant autour d’elle. Personne. Arthus n’était pas là. Sonia non plus. Mais que se passait-il ?

Lilou, qui était derrière elle, entendit un autre téléphone sonner. Se rendant compte qu’il s’agissait du sien, elle s’excusa pour répondre, sortant de la rue.

Chapitre premier

Chapitre 4

Ce soir-là, c’était Halloween : Chapitre 2

Le festival battait son plein. Arthus, Lilou et Ghislaine marchaient avec entrain, conscients que ce serait la seule fête qu’ils auraient avant un bon moment, puisqu’ils vivaient dans une petite ville qui n’avait que peu de traditions comme celle-ci. Quand ils iraient à la fac, ils comptaient bien sortir tous les soirs et ne plus s’ennuyer aussi souvent. Sonia serait la première à disparaître du village pour se rendre à l’université. Elle avait décidé d’aller un peu en vacances sur les lieux avant la rentrée, et elle avait en plus déjà trouvé un appartement avec des colocataires. C’était difficile d’en trouver, et elle s’y était prise tôt. Cela avait marché. Elle était certaine d’avoir un logement. Elle était moins certaine que la fac l’accepte, par contre. Elle n’aurait les résultats qu’en fin d’année. Elle ferait de son mieux, c’était tout ce dont elle pouvait être sûre.

Quand Sonia s’éloigna pour aller répondre à son coup de fil, les trois autres se dirigèrent vers un stand de sucreries. Ils en auraient besoin pour tenir toute la nuit et s’amuser tout du long. C’était ce que Ghislaine préférait dans ce festival, en général. Mais là, elle ne faisait que penser à sa mauvaise note, et elle avait un peu de mal à se mettre dans l’ambiance d’Halloween. Lilou finit par le remarquer, et elle lui demanda ce qui n’allait pas. Ghislaine lui répondit qu’elle avait eu une note affreuse en maths, et que cela allait peut-être remettre en cause son entrée à la fac. C’était un gros coefficient, mais Lilou lui dit que c’était quand même rattrapable, a priori. Cela remonta le moral de son amie qui se sentit un peu mieux et chassa son angoisse de sa tête en achetant un bonbon énorme. Arthus sourit. C’était ça, l’esprit d’Halloween ! Cela faisait oublier les problèmes, au moins pour une nuit.

Il acheta un paquet de bonbons pour lui et Sonia. C’était leur petite tradition, ce soir-là, tous les ans. Ils partageaient un paquet de leurs sucreries préférées en discutant alors que Ghislaine et Lilou allaient tenter la maison de l’horreur installée spécialement pour cette-nuit-là. Mais pour le moment, Sonia avait disparu, téléphone à la main, et il ne pouvait pas encore partager le paquet avec elle. Ce n’était pas grave, il allait l’attendre. Il s’assit sur le banc sur lequel ils se mettaient d’habitude. Ghislaine et Lilou s’assirent avec lui en mangeant leurs bonbons et en discutant. Elles iraient ensuite à la maison hantée. Mais elles voulaient d’abord terminer leurs bonbons. Elles tentèrent d’inclure Arthus dans leur conversation, mais il ne semblait pas être d’humeur, alors elles le laissèrent observer les décorations qui avaient été installées pour le festival. Il était un peu déçu que Sonia se soit éclipsée. Quand allait-elle revenir ? Il avait déjà l’impression que leur tradition avait été bafouée.

Ghislaine et Lilou se levèrent bientôt du banc pour aller faire leur visite traditionnelle à la maison hantée, bras dessus, bras dessous. Alors qu’elles s’éloignaient, elles entendirent le téléphone d’Arthus sonner. Ce devait être Sonia qui voulait savoir où ils étaient partis. Elles entrèrent dans l’attraction.

Chapitre premier

Chapitre 3

Ce soir-là, c’était Halloween : Chapitre 1

C’était le soir. Une ambiance particulière régnait déjà dans les rues. Une excitation collective, une appréhension certaine, de la joie, les sentiments se rejoignaient en ce soir spécial. La nuit pointait à peine le bout de son nez, et les premières lumières apparaissaient. Les bougies allumées dans les lanternes commençaient leur spectacle glaçant. Elles ne tiendraient sans doute pas toute la nuit, mais leur lueur tremblotante ferait son petit effet. Les stands s’installaient sur la grand-place de ce petit village. Ce soir, c’était Halloween. Tout le monde allait se déguiser, tout le monde s’amuserait, et à minuit, ils attendraient de voir si, comme dans la légende, les monstres sortiraient de leur cachette pour semer le trouble dans le monde des humains. En principe, il ne se passait jamais rien, mais de vieilles histoires sur le village ramenaient chaque année cette peur, ce mystère, cette excitation de peut-être voir quelque chose d’extraordinaire ou d’effrayant. Les gens du coin adoraient Halloween, et c’était l’occasion pour eux de se retrouver, de deviner qui était déguisé en quoi, et de se faire une belle peur.

Ils étaient quatre. Ils traînaient toujours ensemble. Ils étaient inséparables. Et c’étaient les seuls adolescents dans ce village. L’an prochain, ils partiraient à la fac dans une autre ville, comme tous les autres avant eux. Ce village était trop éloigné de tout pour être attractif à leurs yeux. Et puis une fois qu’ils étaient allés à la fac, les enfants du village découvraient une vie excitante et si différente de ce qu’ils avaient toujours connu. Ils n’avaient plus du tout envie de rentrer au village. Il en serait sûrement de même pour ces quatre-là, oui, ces quatre jeunes qui marchaient dans la rue. Ils étaient en route pour le festival du village. Ils conversaient en avançant lentement. Le village était très petit, il ne comportait que quelques rues. Le petit groupe ne tenait pas à arriver trop tôt, ils voulaient se balader un peu avant.

Sonia marchait devant avec Arthus. Ils étaient meilleurs amis depuis la maternelle, et ils avaient les mêmes goûts pour beaucoup de choses. Ils aimaient tous deux Halloween, mais pas pour les mêmes raisons. Sonia aimait réaliser de petits films d’horreur, c’était sa passion. Arthus aimait choisir son costume longuement et ensuite parader devant les autres. Il avait très bon goût, et ses déguisements étaient souvent magnifiques.

Lilou souriait de toutes ses dents. Elle avait hâte que la fête commence. Ghislaine traînait un peu les pieds parce qu’elle pensait encore à la mauvaise note qu’elle avait eue en histoire quelques heures plus tôt. Elle avait peur de ne pas avoir son bac et de ne pas pouvoir aller à la fac. Elle rêvait de pouvoir partir du village, et ne pas avoir son bac signifierait rester encore un an dans ce trou perdu.

Ils marchaient tous vers le festival d’Halloween. Sonia, Arthus, Lilou et Ghislaine. Ils iraient dans des facs différentes, l’an prochain. Leur amitié survivrait-elle ? Ils étaient persuadés que ce serait le cas. Seul le futur le dirait. En attendant, ils étaient en train d’arriver à la fête. Ils portaient chacun un costume. Sonia était une magnifique sorcière, Arthus un splendide vampire, Lilou portait un très convaincant déguisement d’Annabelle qui avait fait sursauter ses parents quand ils l’avaient vu, et Ghislaine était venue en Harley Queen. Alors qu’ils entraient dans le festival, le téléphone de Sonia sonna. Elle s’excusa, puis elle s’éloigna du groupe en décrochant. Les autres décidèrent de partir explorer le festival, elle les rejoindrait bien plus tard. Ils passèrent devant la boutique de la vieille Denise, dite Dents pointues le soir d’Halloween. Elle portait des dents de vampire très réalistes chaque année, et elle tenait une boutique d’objets effrayants qui avait toujours beaucoup de succès.

Chapitre 2

Nouvelle fiction à chapitres pour Halloween : « Ce soir-là, c’était Halloween »

Il s’agit d’une histoire qui compte 4 chapitres.

Photo de Andrea Piacquadio sur Pexels.com

Extrait :

« C’était le soir. Une ambiance particulière régnait déjà dans les rues. Une excitation collective, une appréhension certaine, de la joie, les sentiments se rejoignaient en ce soir spécial. La nuit pointait à peine le bout de son nez, et les premières lumières apparaissaient. Les bougies allumées dans les lanternes commençaient leur spectacle glaçant. Elles ne tiendraient sans doute pas toute la nuit, mais leur lueur tremblotante ferait son petit effet. Les stands s’installaient sur la grand-place de ce petit village. Ce soir, c’était Halloween. Tout le monde allait se déguiser, tout le monde s’amuserait, et à minuit, ils attendraient de voir si, comme dans la légende, les monstres sortiraient de leur cachette pour semer le trouble dans le monde des humains. » Chapitre premier

Photo de Yaroslav Shuraev sur Pexels.com