Défi 30 jours d’écriture Kea Ring n°22 (2e édition) Ecrire la suite de la dernière phrase d’un livre

(provenant du blog de Madame Kea Ring)

22) Ecrire la suite de la dernière phrase du dernier livre que vous avez lu (Harry Potter Tome 3)

L’été s’annonçait bien meilleur que celui de l’année dernière ! Elle allait pouvoir aller où elle voulait, grâce à son permis de conduire flambant neuf qu’elle venait d’obtenir après bien trop de tentatives ratées à son goût. Tout ça pour ensuite se retrouver à conduire au milieu de personnes qui avaient peut-être leur permis, mais qui n’arrivaient pas à respecter les règles les plus simples et logiques. Elle se réjouissait donc de ne pas avoir à se faire transporter partout, mais elle redoutait les heures à conduire près de véritables fous du volant. Tous ne l’étaient pas, mais il suffisait d’une seule personne pour créer une situation compliquée. Elle n’avait pas encore vu toutes les situations possibles, elle s’en rendait compte chaque fois qu’elle conduisait. Il lui faudrait des années pour avoir tout vu, et encore.

Cette année, elle allait pouvoir aller où bon lui semblait. Et c’était beau, d’avoir cette liberté. Mais à cause de la pandémie, elle ne savait pas vraiment où aller. Où qu’elle aille, il lui faudrait porter un masque. Et s’inquiéter de la distanciation et des gestes barrière. Cette pensée avait tendance à freiner un peu son entrain. Elle ne sortait plus que par nécessité, en ce moment. Après tout, pourquoi irait-elle s’embêter à se déplacer (chose qui n’était, même avec une voiture pas aussi simple qu’avant) ? Tout compte fait, elle pouvait rester à la maison. Et peut-être que le fait qu’elle puisse se rendre où elle voulait suffirait à la satisfaire…Jusqu’à ce qu’elle se sente plus tranquille en sortant, si ce jour arrivait un jour.

Les autres défis

Le destin, ce puzzle

Défi 30 jours d’écriture Kea Ring n°3 (2e édition) Conte des temps modernes

(provenant du blog de Madame Kea Ring)

3) Ecrire un conte des temps modernes (revisite du Petit Chaperon rouge)

Faites silence, car voici un conte très actuel. Un conte qui ne ressemble en rien aux contes traditionnels, mais qui a (je crois) une morale exceptionnelle. (Ceci était un essai. Je voulais essayer de faire des rimes comme on en voit parfois au début des contes…)

Il était une fois une vieille dame solitaire.

Elle était chez elle, un peu comme tout le monde. Elle n’arrivait pas à croire que sa vie ressemblait à ça, maintenant. Son existence avait beaucoup changé en peu de temps. Le monde entier était touché. Elle s’y était un peu habituée, à présent. En plus, les mesures prises s’étaient un peu relâchées, et les gens pouvaient à nouveau aller et venir, pas comme avant, mais la situation s’était un peu améliorée. Au début, elle avait eu sa petite fille masquée en visite toutes les semaines à peu près, pour lui porter les courses. En tant que personne vulnérable, elle ne pouvait pas sortir comme elle le voulait. C’était pour sa propre sécurité. Elle le savait. Et cet arrangement lui avait permis de voir sa petite fille plus souvent, beaucoup plus souvent que d’habitude.

Mais depuis, le système du Drive avait été mis en place. Sa petite fille avait d’abord semblé être de plus en plus pressée quand elle passait, ne pouvant parfois rester que quelques minutes pour discuter ou bien restant sur son portable tout du long. Mais peu à peu, le Drive avait complètement remplacé les visites de sa petite fille. Ah, le Drive était fabuleux, c’était sûr, mais ce n’était pas sa petite fille qu’elle voyait encore moins qu’avant. La technologie lui avait pris sa petite fille. Et à cause du Drive, elle ne venait plus du tout la voir, n’ayant plus aucune raison de le faire.

Un jour, le Drive ne passa pas (elle ne leur avait pas demandé de passer, en réalité). Elle envoya donc un message à sa petite fille, lui demandant de l’aider pour les courses car le Drive n’était pas venu. Sa petite fille était donc venue avec sa voiture (elle venait d’avoir son permis, et sa grand-mère en était très fière). Sa petite fille, Susie, était venue masquée et avait respecté la distanciation car elle ne voulait pas mettre sa mamie en danger. Mais tout était comme avant. Elles passèrent une très bonne après-midi. Sa petite fille l’initia à un nouveau jeu vidéo qui lui plut aussitôt.

A partir de là, elles se revirent à nouveau toutes les semaines pour les courses, mais aussi pour jouer ensemble à ce jeu. Elles s’étaient retrouvées. Elles allaient aussi parfois se promener dans le jardin quand le temps le leur permettait. Susie ne sortait jamais son téléphone, parlant avec sa grand-mère de tout et de rien, et lui racontant ce qu’il se passait dans son quartier et les nouvelles frasques de son chat.

Je laisse donc ce conte ici pour qui voudra bien le lire. J’écris des histoires pour faire rire et réfléchir. (Vous noterez ici un autre essai de rimes)

Les autres défis

Le destin, ce puzzle