Défi 30 jours d’écriture Kea Ring n°25 (2e édition) Thème : Tour du monde

(provenant du blog de Madame Kea Ring)

24) Dimanche, un thème : le tour du monde

C’était le jour du voyage. Ils avaient décidé de prendre le Transsibérien. Ils n’avaient encore jamais rien fait de tel. Ils voulaient visiter des pays où ils ne seraient jamais allés en principe, faire des choses qu’ils n’auraient jamais eu l’occasion de faire lors de leurs vacances habituelles. Ils voulaient sortir des sentiers battus (des leurs, en tout cas) et faire un tour du monde en train. Ils avaient décidé cela depuis longtemps, mais elle se sentait nerveuse à l’idée de partir, finalement. Elle n’avait pas vraiment réalisé ce qu’elle et sa bande d’amis allaient faire. Ils allaient vraiment partir pour un voyage qui allait durer bien plus que la semaine qu’elle prenait pour partir à la mer d’ordinaire. Cela allait être très différent de d’habitude. Mais ça avait été leur argument, justement. Bousculer un peu les habitude, découvrir de nouveaux endroits, des cultures, bouger plus que d’ordinaire.

C’était le jour J, le jour du départ. Et bien sûr, tout ne se passait déjà pas comme sur des roulettes. Ils avaient déjà failli rater le train parce qu’ils n’avaient pas réussi à trouver l’endroit où le trouver parce qu’ils ne parlaient pas russe, et l’un d’entre eux avait déjà perdu l’un de ses sacs. Une fois dans le train, ils se rendirent vraiment compte de ce dans quoi ils s’engageaient. Ils allaient être dans ce train pendant une semaine environ. Ils jouèrent souvent aux cartes pour tuer le temps, profitant des arrêts pour faire des photos. Chaque fois que le train s’arrêtait, ils voyaient un paysage différent des précédents et magnifique, du moins c’était son avis. Elle s’amusait beaucoup à bord du train. C’était toute une aventure, et elle n’aurait jamais cru faire ça un jour. Ses amis étaient bien de son avis. C’était une très belle expérience. Ils avaient déjà des amis dans leur wagon, des amis qui parlaient anglais et quelques mots de français. Ils apprirent beaucoup d’eux.

A la fin du voyage, elle se sentit grandie. Elle avait vraiment fait un beau tour du monde, du côté de l’Asie, bien sûr. Cela lui donna envie de voyager plus encore, elle qui n’aurait pas eu envie de sortir de chez elle avant. Cela avait réveillé la voyageuse qui sommeillait en elle. Elle fut très contente de son voyage.

Les autres défis

Le destin, ce puzzle

Défi 30 jours d’écriture Kea Ring n°18 (2e édition) Thème : patinoire

(provenant du blog de Madame Kea Ring)

18) Thème : patinoire

Elle regarda sa montre pour la troisième fois en cinq minutes. Elle se mit ensuite à observer la patinoire. Elle était là à attendre sur le bord de la patinoire depuis déjà vingt minutes. Ils s’étaient donnés rendez-vous à cet endroit précis, et elle avait eu beau se demander pourquoi il n’était pas là, elle n’avait pas trouvé de réponse à cette question. Il aurait pu se tromper de patinoire, mais quand on vivait à un endroit où il n’existait qu’une seule patinoire, il était plutôt difficile de se tromper. Et s’il avait été retardé, il le lui aurait dit par sms depuis déjà un petit moment. Elle soupira. Visiblement, elle venait de se faire poser un lapin.

Regardant autour d’elle, elle vit de joyeux patineurs, des familles, des couples ou des amis, des jeunes, des moins jeunes, des débutants, des plus expérimentés. Et puis il y avait elle. Elle, qui venait de se faire poser un lapin. Au fond, pourquoi y avait-elle cru ? Elle était stupide. Elle aurait dû ne rien espérer du tout. Elle partit faire un tour sur la glace, morose. Elle était tellement concentrée sur ses problèmes, qu’elle ne vit la personne que trop tard, au moment où elle la percuta. Elle faillit tomber, mais elle fut rattrapée à temps. Relevant la tête, elle espéra voir un prince charmant, mais on n’était pas dans un film, c’était la vraie vie. Elle vit une fille assez grande qui avait l’air inquiète :

  • Est-ce que ça va ? Je suis désolée, je ne regardais pas où j’allais.

Elles se mirent à discuter un peu, et, comprenant qu’on lui avait posé un lapin, la nouvelle venue la présenta à ses amis. Ils s’amusèrent toute l’après-midi. Elle oublia ses soucis.

Les autres défis

Le destin, ce puzzle

Défi 30 jours d’écriture Kea Ring n°11 (2e édition) Thème : Fumée

(provenant du blog de Madame Kea Ring)

11) Thème : fumée

Flora les vit arriver de loin. Elle vit le nuage de poussière. Elle vit la panique, les bousculades. Elle fronça les sourcils. Que se passait-il ? Depuis qu’elle était venue s’installer en pleine nature avec ses parents, elle avait vu un certain nombre de choses étranges, mais ce qu’elle voyait actuellement n’avait aucun sens pour elle. Ils semblaient tous fuir quelque chose, venant de la même direction, et ne semblant pas vouloir s’arrêter pour expliquer. Elle sentait qu’il pouvait y avoir un danger, mais elle décida d’attendre qu’ils soient passés pour y voir plus clair (à cause de la poussière qu’ils soulevaient, elle n’y voyait pas à cinq mètres de distance) et ainsi voir ce qui leur avait fait si peur.

Elle les regarda donc passer, interloquée. Elle les avait vus se comporter bizarrement maintes et maintes fois, mais cette fois-ci remportait facilement la palme. Qu’est-ce qui pouvait les effrayer tous de la sorte ? Elle allait appeler ses parents pour leur demander la raison de cet étrange comportement, quand elle la vit. Au loin, derrière la foule fuyante, il y avait de la fumée. Une épaisse fumée. Voilà donc ce qui les faisait courir comme ça. Les amiraux n’avaient pas pour habitude de fuir tous ensemble comma ça. A part peut-être si un incendie s’était déclaré quelque part. Ils n’avaient pas le choix, il leur fallait fuir.

Flora se mit à courir dans la direction de la cabane d’observation, lieu où elle se trouvait avant que les évènements ne débutent. Elle y serait plus à l’abri que dehors. Les animaux couraient, affolés, les plus petits comme les plus gros, mieux valait ne pas être sur leur chemin. Elle préférait ne pas finir écrasée au sol. Elle sortit son talkie walkie, le seul moyen pour communiquer ici, et elle appela ses parents. Elle avait été en train d’observer les oiseaux toute l’après-midi, ayant laissé sa mère dans leur maison et son père quelque part dans les alentours.

Ce fut sa mère qui lui répondit. Flora lui raconta ce qu’elle voyait actuellement par la fenêtre. Sa mère lui dit qu’elle allait contacter son père, car elle n’était pas au courant d’un incendie dans les environs, elle s’était promenée un peu plus tôt et n’avait vu aucune fumée. Cela ne venait donc pas des alentours de la maison. Flora soupira de soulagement. Elle regarda la file d’animaux courir loin du danger, attendant que sa mère la rappelle. Cinq minutes plus tard, le talkie walkie se fit entendre. Flora entendit alors sa mère lui dire qu’il n’y avait aucun incendie, et qu’il fallait qu’elle aille voir au laboratoire de son père, qu’elle comprendrait.

Interdite, Flora fit ce que sa mère lui demandait. Arrivée sur place, elle toussa. Ainsi donc, la fumée venait de là ! Elle vit bientôt son père sortir du petit bâtiment, le visage couvert de quelque chose qui avait visiblement explosé. Tout s’expliquait ! Son père avait encore essayé une de ses expériences, et l’explosion avait dû provoquer de la fumée, faisant croire à tous ces animaux qu’un incendie s’était déclenché quelque part !

Les autres défis

Le destin, ce puzzle