Zombie (Série lettres 3 : 26/26)

Il avait l’habitude de prendre la voiture pour rentrer chez lui après le travail, mais ce soir-là, le soir d’halloween, évidemment, sa voiture était tombée en panne. Il était donc obligé de rentrer à pieds. Il n’aimait pas vraiment se promener seul dans le noir d’ordinaire, mais le fait que ce soit le soir d’halloween n’arrangeait rien. Il aurait vraiment préféré être au chaud et en sécurité dans sa voiture. Car là, à pieds, il ne pouvait pas faire grand chose s’il se passait quelque chose de surnaturel.

En réalité, la seule chose qui allait se produire, c’était qu’il allait attraper un bon rhume. Car il ne faisait vraiment pas chaud, et le manteau qu’il avait pris n’était pas assez épais à son goût, à présent qu’il l’avait testé en conditions réelles. Il marchait donc dans la rue sombre et silencieuse. Heureusement, les réverbères fonctionnaient. Mais à cause d’eux, il n’arrêtait pas de voir des ombres à tous les coins de rue. Ce n’était pas bon pour son rythme cardiaque.

Alors qu’il commençait à se tranquilliser un peu, n’ayant vu personne de déguisé ou de surnaturel dans cette rue, il sursauta violemment en voyant apparaître une silhouette au bout de la rue. C’était un zombie. Il aimait bien les films d’apocalypse, mais que le film se confonde avec la réalité n’était pas dans ses plans. Il se mit à courir comme un dératé dans la direction opposée, ne se préoccupant vraiment pas du fait qu’il s’éloignait de chez lui en le faisant. Il ne vit pas le zombie s’arrêter, l’air étonné, retirer son masque, et continuer dans la rue suivante, sac de bonbons à la main.

Et vous, avez-vous une frayeur d’Halloween à raconter ?

Yacht (Série lettres 3 : 25/26)

Elle se promenait dans le port. D’ordinaire, elle ne jetait qu’un regard distrait vers les bateaux étant pressée de rentrer chez elle, mais ce jour-là, elle avait décidé de les observer. Elle avait du temps devant elle car elle était en vacances. Et contrairement aux autres fois où elle était passée par ici, elle allait les regarder calmement, avec attention. Elle allait marcher normalement, et non pas à petits pas pressés et nerveux comme elle le faisait d’habitude.

Laissant son regard traîner sur les bateaux, elle remarqua bientôt que la plupart étaient des yacht. Et des signes que des personnes habitaient actuellement dessus pouvaient être vus sur certains d’entre eux. C’était les vacances d’été, ce n’était pas anormal que des vacanciers soient là. Elle se mit bientôt à imaginer la vie des personnes sur chacun des bateaux en passant à côté.

Sur le premier, elle pouvait voir une corde à linge. Des vêtements avaient été étendus et séchaient au soleil. A en juger par ce qu’elle voyait, ce devait être une famille ayant au moins deux enfants. Un bébé et un autre enfant un peu plus grand. Elle vit aussi des jouets qui traînaient sur le pont du bateau. Des cris d’enfants qui jouent pouvaient être entendus de l’endroit où elle se trouvait. Peut-être les enfants avaient-il invité des amis pour jouer ?

Sur le bateau suivant, elle vit uniquement des habits d’adultes. Elle imagina que c’était un couple qui venait passer ses vacances là et qui retrouvait parfois des amis lors de sorties en groupe. Le bateau qu’elle vit ensuite lui fit vraiment penser à une maison. La personne qui y habitait n’était pas un touriste, a priori. C’était un habitué de la mer. Elle le vit d’ailleurs cuisiner sur le pont. Elle lui fit un signe de la main, auquel il répondit avec un sourire.

Et vous, avez-vous déjà vécu sur un bateau ?

Xboard (Série lettres 3 : 24/26)

Elle n’avait jamais entendu parler de ce sport, le x-board. Tout son entourage lui en avait parlé, mais elle n’avait jamais vu d’articles dessus. Donc elle ne savait pas vraiment de quoi il s’agissait. Elle avait bien envie d’essayer, mais elle ne comprenait pas ce qu’il fallait faire, concrètement. Elle essaya donc d’écouter un peu plus ce que lui disaient ses amis sur ce nouveau sport.

L’un d’eux déclara que le x-board était maintenant un sport olympique. Une autre conversation lui fit comprendre qu’il fallait tenir sur une planche, un peu comme sur un skateboard ou un snowboard. Puis elle finit par comprendre que le x-board avait à la fois un lien avec le snowboard et le skateboard, et pas seulement parce que le sportif qui en faisait était sur une planche.

Apparemment, c’était un sport sur neige, où le x-boarder était sur un skateboard dont on avait enlevé les roues. Donc c’était plus ou moins du snowboard, mais sans que le x-boarder soit attaché ? Ce sport avait l’air dangereux. Maintenant qu’elle comprenait de quoi il s’agissait, elle n’avait plus très envie d’essayer.

Connaissiez-vous le X-board ? (moi non)

Web radio (Série lettres 3 : 23/26)

Il avait décidé de créer une web radio. Depuis qu’il était arrivé à la fac, il n’avait rien fait de particulier en dehors des cours. Il ne s’était pas inscrit à des associations et n’avait pas non plus fait de sport. Ses parents n’arrêtaient pas de lui dire qu’il serait bon pour lui de créer des liens avec les autres étudiants d’une manière ou d’une autre, et que les associations étaient un très bon moyen de se faire des amis dans un endroit où la plupart des étudiants étaient et resteraient toujours de parfaits inconnus les uns pour les autres.

Le rôle des associations était de rapprocher les étudiants, il devait donc s’y inscrire. Après un an sans association, il se décida enfin à faire quelque chose. Il n’arrivait pas à se rapprocher des étudiants de sa licence, car il n’était pas très liant de nature. Il préférait avoir des amis qui avaient des goûts similaires aux siens, pas des connaissances qui ne se rappelleraient pas de lui l’année suivante.

Il avait donc décidé de créer une web radio, une nouvelle association à son goût. Il monta son stand le jour de la prérentrée, et il attendit de voir qui allait le rejoindre. Ce ne fut pas facile de rassembler des personnes, mais il réussit à trouver des collègues pour sa web radio, et aussi des amis qui restèrent longtemps ses amis.

Et vous, avez-vous fait partie de clubs à la fac ?

Vase de nuit (Série lettres 3 : 22/26)

Lorsque le maître leur avait annoncé qu’ils allaient visiter un château, la plupart des enfants avaient été heureux de rater la leçon de maths prévue d’ordinaire ce jour-là. Mais ils avaient assez vite déchanté en constatant que leur maître n’avait pas pour but de leur faire rater des leçons en ne faisant rien à la place. Non. Bien au contraire. Il avait toujours un but éducatif derrière la tête. Comme la plupart des enseignants quand ils emmenaient leurs élèves en sortie. Une sortie ne voulait pas toujours dire que les élèves allaient s’amuser.

Une grande partie des élèves de la classe s’étaient donc déjà désintéressés de la visite et coloriaient les petits dessins du carnet éducatif qui allait avec la visite guidée. Ceux qui suivaient encore (et ils étaient très peu) griffonnaient dans leurs carnets avec ferveur. Le maître, qui avait remarqué le manque d’attention des autres, fut rassuré en voyant ces élèves-là à l’ouvrage. Enfin quelques uns qui s’intéressaient à ce château !

Le désintérêt des élèves cessa lorsqu’ils entrèrent dans une des chambres du château. Mais ce n’était pas n’importe quelle chambre : c’était la chambre du Roi. Cette chambre réservée au Roi pour pouvoir l’héberger lors de ses passages dans la région se trouvait dans la plupart des châteaux semblables à celui-ci. Bien souvent, elle n’était jamais utilisée, mais les nobles se devaient d’avoir une chambre comme celle-ci au cas où le Roi viendrait en visite. Ce ne fut pas la chambre qui intéressa les élèves, mais plutôt le « vase de nuit » posé dans un coin de la pièce. Le maître leva les yeux au ciel. Vraiment ? Ils étaient plus intéressés par les toilettes de l’époque que par les tableaux ?

Avez-vous vous aussi des souvenirs sélectifs par rapport aux voyages scolaires ?

Uranus (Série lettres 3 : 21/26)

Il s’y était préparé depuis longtemps. Très longtemps. Il avait fait les recherches sur internet, il avait parcouru les livres empruntés à la bibliothèque de l’école, il s’était même entraîné à exposer à voix haute, devant ses parents, puis devant ses peluches, puis devant son chat. Ce dernier était parti avant la fin, mais tant pis, il ne savait pas ce qu’il ratait. Ses parents l’avaient encouragé, mais ils ne connaissaient pas le sujet aussi bien que lui, alors ils n’avaient pas pu donner d’avis sur les informations exposées.

Ils lui avaient juste dit que c’était bien, qu’il avait fait beaucoup de progrès à l’oral. Quand à ses peluches, mieux valait ne pas en parler. Elles ne pouvaient pas donner leur avis, elles n’étaient pas dotées de la parole, bref, c’était un très mauvais public. Cela ne l’avait pas beaucoup aidé. La seule chose que ses parents (et le chat) n’avaient pas et qu’elles avaient, c’était la patience. La patience de rester jusqu’à ce qu’il pense l’avoir dit suffisamment de fois.

Son exposé sur les planètes, dans la maison, tout le monde le connaissait déjà par coeur. Les voisins aussi, le connaissaient sûrement, étant donné qu’il l’avait déjà exposé dans le jardin. Et dans sa chambre, et dans la salle de bain, et dans le grenier, et dans la cave, et dans la cuisine…Il avait essayé toutes les pièces de la maison. Les toilettes aussi.

Et vous, avez-vous des souvenirs d’exposés ? Des sujets qui vous passionnent ?

L’éveil (chapitre 6)

Vous vous approchez de l’ordinateur, et vous le rallumez. Un fichier texte est ouvert. Vous vous installez sur la chaise, curieux(se) de ce que le texte en cours peut contenir. Ce que vous découvrez vous glace. Comment est-ce possible ? Votre vie entière n’est qu’un mensonge ! Ce doit vraiment être un rêve ! Ce n’est vraiment pas possible ! Non !

Le texte en cours relate votre vie. La dernière phrase décrit votre dernière action, à savoir celle de s’assoir sur la chaise de l’ordinateur pour lire ce qu’il y a écrit sur l’écran. Votre nom apparaît. C’est bien votre histoire ! Vous êtes un personnage de l’histoire qu’est en train d’écrire la personne qui habite cette maison !

Vous tombez sur un message sur une autre fenêtre de l’ordinateur :

Photo de Designecologist sur Pexels.com

Joyeux 1er Anniversaire du Blog Fin(e). !

Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

Merci à tout ceux qui me lisent et qui m’ont suivie depuis le début ! (et aussi à ceux qui ont rejoint en cours de route, bien sûr !)

Merci aussi d’avoir lu ce récit étrange jusqu’au bout ! Et merci d’avoir lu mes drôles d’histoires…

J’espère vous avoir divertis en ces temps peu amusants, et j’espère continuer à vous divertir dans le futur !

L’éveil (chapitre 5)

Vous examinez l’autre côté du salon. Tout semble normal, comme ce que vous avez toujours connu. Rien d’alarmant, en tout cas. Les DVDs posés près de la télévision sont tout à fait à votre goût, et les CDs près de la chaîne le sont aussi. La personne qui habite dans cette maison vous connaît-elle ? Ce serait bizarre, puisque vous êtes arrivé(e) à l’improviste. A moins que ce soit cette personne qui vous ait fait venir ici. Ce qui semblerait être une explication farfelue, mais qui somme toute ne l’est pas du tout. Tout ce que vous avez vécu cette nuit est farfelu. 

Tout est possible. Donc vous partez sur cette possibilité. La théorie semble plus plausible que toutes les autres que vous auriez pu avoir, comme par exemple un enlèvement extraterrestre, ou encore une caméra cachée. Eh oui, vous avez beaucoup trop d’imagination. Il doit y avoir une explication logique et rationnelle. En enlevant la partie de l’histoire où vous avez traversé un miroir, peut-être. 

Las(se) de fouiller dans le salon, vous montez à l’étage. Vous savez que ce n’est pas bien de fouiller les maisons d’inconnus, mais vous n’avez pas d’autre choix. Et puis il n’y a personne pour vous dire que ce n’est pas bien. Vous le faites pour savoir où vous êtes. Et vous devez fouiller plus, car vous n’avez encore rien trouvé de probant. Vous vous retrouvez dans une chambre. Une chambre qui pourrait ressembler à la vôtre. Le même désordre, un ordinateur en veille, des livres un peu partout, vous auriez pu vous croire chez vous. Vous vous approchez de l’ordinateur. 


Envie de lire autre chose ?

Le message – Histoire interactive

(si les liens ne fonctionnent pas, suivez les numéros) C’est le soir. Vous êtes fatigué(e), et vous n’avez qu’une envie, vous laisser tomber sur le canapé avec quelque chose à manger et votre ordinateur. Vous voulez surfer sur le web, mais d’abord, il vous faut consulter vos messages. Vous vous installez donc confortablement sur votre … Lire la suite Le message – Histoire interactive

(Le destin, ce puzzle) Chapitre 13 : La triste fin de la machine à laver

Elle avait rendu l’âme. C’était fini. Il n’y avait vraiment plus rien à faire pour elle. C’était désolant. Daisy avait essayé de l’utiliser un matin, et elle n’avait plus voulu lancer le cycle de lavage. Plus jamais. Elle avait fait son chant du cygne. La lumière verte s’était éteinte à jamais. Mais les filles n’étaient … Lire la suite (Le destin, ce puzzle) Chapitre 13 : La triste fin de la machine à laver

Juste un Halloween de plus chapitre 1

Elle n’aimait pas beaucoup les films d’horreur. Ni Halloween. Mais comme ses amis aimaient ça, elle n’avait pas vraiment le choix. Chaque année, le 31 octobre, sans jamais oublier, ils faisaient une fête d’Halloween à leur manière, c’est à dire en regardant des films d’horreurs. Marguerite, dite Maggie, participait à la soirée pour faire plaisir … Lire la suite Juste un Halloween de plus chapitre 1

Un Noël pour tous (chapitre 1)

– Lotin ! Regarde ! J’ai trouvé quelque chose dans la neige ! Le frère jumeau de la petite fille qui venait de crier se précipita dans la direction de sa sœur. Il était très curieux de savoir ce qu’elle avait découvert. Ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait trouver quelque chose dans la neige. Pas quelque … Lire la suite Un Noël pour tous (chapitre 1)

L’éveil (chapitre 4)


Peut-être que la personne qui habite cette maison pourra vous renseigner ? Vous voulez savoir où vous êtes, vous voulez comprendre ce qu’il vous est arrivé. Vous êtes complètement déboussolé(e). C’est normal. Vous venez d’arriver dans un monde inconnu qui a certes l’air extrêmement accueillant, mais aussi très mystérieux. Vous avancez donc vers la maison, déterminé(e) à tirer cette histoire au clair, et éventuellement retourner dormir, si toutefois vous arrivez à rentrer chez vous, car vous êtes probablement très loin de votre lit. 

Vous frappez, toujours déterminé(e). Vous attendez un peu. Pas de réponse. Vous frappez à nouveau. Vous n’entendez aucun bruit. Depuis que vous êtes arrivé(e), vous n’avez vu personne. Les lieux sont-ils habités ? Peut-être frappez-vous pour rien. Il n’y a peut-être jamais eu d’habitants ici. Vous n’en savez rien. Vous essayez d’abaisser la poignée. La porte s’ouvre. Elle n’était pas fermée. Il n’y a personne dans la première pièce qui se révèle être un salon très bien rangé. Vous inspectez le salon en détail, espérant trouver une date, un lieu, n’importe quoi qui pourrait vous aider à savoir où vous êtes. 

Vous ouvrez les magazines posés sur la table, mais il n’y a aucune indication de lieu. La date est la même que celle que vous aviez chez vous. Pas de voyage temporel, donc. Vous êtes presque déçu(e). C’est dommage, vous avez toujours (secrètement) voulu essayer, pour voir ce que ressentent les voyageurs temporels. C’est sans doute quelque chose comme de la magie, en tout cas, qui vous a fait(e) venir ici. 


Envie de lire autre chose ?

L’éveil (chapitre 3)

Vous vous retrouvez dans un endroit totalement différent de votre habitation. Vous pensiez pourtant avoir fermé toutes les issues, mais vous n’aviez pas exactement pensé que le miroir pouvait être une issue…Mais bon, cette nuit, tout est étrange, alors vous ne vous posez pas davantage de questions. Il ne vaut mieux pas s’en poser, car vous êtes déjà passé(e) dans un autre monde, au point où vous en êtes, ce n’est vraiment plus le moment de s’arrêter pour réfléchir. C’est peut-être un rêve ? Non, peut-être pas, après tout. Mais si c’en était un, ce serait un rêve très farfelu. 

Vous commencez à explorer le monde dans lequel vous venez d’arriver. Honnêtement, on dirait un peu un monde de dessins animés. C’est un peu étrange, mais plutôt génial. Vous courez sur l’herbe vert fluo vers les maisons colorées. Vous avez l’impression d’avoir perdu votre fatigue qui vous écrasait quelques minutes auparavant. Vous avez à présent une énergie extraordinaire qui vous donne envie de courir et de sauter partout comme un enfant. C’est un sentiment agréable, et vous ne regrettez finalement pas d’avoir été réveillé(e) par cette lumière. 

Mais d’ailleurs, c’était quoi, cette lumière ? Vous l’aviez momentanément oubliée, subjugué(e) par le monde coloré et invitant qui vous entoure. Pour un peu, vous avez presque envie de rester là pour toujours, et de ne pas revenir à votre vie normale. Vous ne savez même pas où vous êtes. Toute cette expérience est géniale, mais elle n’est pas pour autant rassurante. Vous décidez d’aller frapper à la porte d’une des maisons pour vous renseigner. 


Envie de lire autre chose ?