Le destin ce puzzle confinées Daisy #8 Pour passer le temps 2 : activités…insolites

Salut, c’est Daisy !

La dernière fois, Mina vous a raconté ce que nous faisions pour ne pas nous ennuyer trop en confinement. Ce qu’elle ne vous a peut-être pas dit, c’est que les activités qu’elle a décrites ne nous ont pas occupées très longtemps. Non. En fait, on les a mises de côté dès qu’on a pu. Très tôt. D’un commun accord. Ce n’étaient pas les activités qui, selon nous correspondaient à notre situation particulière. Pas du tout. Alors on a cherché d’autres activités, des loisirs qui sortaient des sentiers battus, qui n’allaient pas nous ennuyer autant que ceux que nous avions déjà essayés auparavant en nous croyant divertis. On n’a pas cherché bien loin, somme toute. On a simplement ouvert l’ordi, et on est allées sur internet. Car comme nous le savons tous, internet est à la fois la pire et la meilleure invention jamais conçue. Pourquoi la pire, allez-vous me dire ? Parce que par le biais d’internet, certaines personnes n’hésitent pas à écrire d’affreuses choses sur d’autres personnes sous couvert d’un parfait anonymat, et parce que bien d’autres choses encore ne vont pas. Mais ce n’est pas le sujet. Nous, on a exploité la partie sympa d’internet. Celle qui, en fait, n’est pas mieux que l’autre, mais nous a diverties.

Grâce aux réseaux sociaux, donc, nous avons suivi les modes et divers autres autos que tout le monde faisait à ce moment-là. C’est encore plus amusant si tu sais que tu peux partager la bêtise avec tout le monde. Nous avons donc commencé à nous amuser. Un jour, Daisy est arrivée, sa tablette à la main, hilare. Elle nous montra une série de photos. Un challenge. Le but était de reproduire des tableaux de grands maîtres, mais en photo, avec ce qu’on avait sous la main, en mode « confinement ». C’est vraiment ce que je préfère d’internet. La folie amusante. Car cette activité peut paraître stupide, mais elle nous a occupées un bon moment. Déjà, il a fallu chercher l’ouvre que nous allions reproduire. Ensuite, nous avons cherché des objet, un coin de l’appartement, des « actrices » pour figurer sur notre œuvre. Nous avons bien ri.

Ensuite, nous avons successivement fait des paniers en papier toilette (c’est sans doute pour faire ça, que tout le monde en avait acheté, l’autre fois !), du spiritisme (je vous jure que la table a tremblé, mais c’était sans doute parce que Mina a éternué…), des tutos qui n’ont pas fonctionné (si, si, pas un seul), et on a dû acheter de la colle, des élastiques, et plein d’autres choses absurdes pour faire des coiffures soit disant fa-bu-leuses. Je vous rassure, on n’a rien testé avec la colle dans nos cheveux, on n’est pas stupides, quand même ! On a aussi tourné un court métrage et appris une chorégraphie par cœur pour la montrer à des amis et à nos grands-parents (ils ont applaudi, mais je pense qu’ils n’ont pas été très impressionnés…). On a aussi appris des poèmes par coeur et on les a déclamés en ouvrant la fenêtre, aux passants en dessous. Mina a bien voulu le faire, mais seulement parce qu’elle trouvait qu’ouvrir la fenêtre serait très amusant.

Daisy

Publicité

Le destin ce puzzle confinées – Mina #4 Pour passer le temps….

Salut, c’est toujours Mina,
Au cours de ces confinements successifs, le travail n’a jamais manqué. Par contre, ce qui a manqué, c’est les distractions. C’est bien trop facile de se plonger dans le travail. Mais parfois, c’est plus difficile de se trouver un hobby. Même si en confinement, on a tout le temps du monde (en dehors de cours, donc ce temps n’est pas aussi extensible que l’on pourrait le penser), on s’ennuie quand même assez souvent. Surtout si comme moi, on essaye de ne pas trop aller sur les écrans après avoir terminé une journée de cours entièrement sur ordinateur.

On a donc essayé beaucoup de choses. Et quand je dis beaucoup, je pèse mes mots. Beaucoup. Énormément, même. Au début, on faisait des activités dites « normales », comme de la cuisine (même si ne loge pas toutes derrière le plan de travail), de la peinture (atelier avec Daisy sur le canapé), du jardinage (j’ai un cactus), du tricot (oui, vous avez bien lu. Nous étions en contact avec une de nos grands-mères au moins une fois par semaine), nous regardions la télévision (qui soit dit en passant devient ennuyeuse à partir du début de l’après-midi, il n’y a quasiment rien à regarder…).

Nous lisions (nous avons une petite bibliothèque, et il s’est passé quelque chose d’extraordinaire : Daisy et moi, nous nous sommes battues pour un livre ! (non, ce n’est pas bien, mais d’habitude nous avions plutôt tendance à fuir la lecture…), et nous faisions aussi de la gym. Une merveilleuse application nous y a aidées.  (notez le « merveilleuse » comme étant de l’ironie profonde) Cette application est vite devenue agaçante, et peu à peu, nous sommes retombées dans notre léthargie habituelle. Le confinement n’aide pas vraiment à s’enthousiasmer pour quelque chose, surtout s’il s’agit de faire du sport dans un appart. Nous avons aussi eu notre période « ménage » (oui, nous avons dû devenir folles, à ce moment là, je n’ai que des souvenirs partiels de cette époque lointaine).

Mais après avoir essayé toutes ces activités dites « normales », il a fallu en trouver d’autres car l’ennui reprenait. Mais c’est une autre histoire. Je vous la raconterai plus tard. On a tout notre temps…en confinement.
Mina