Macareux

Ils venaient chaque jour pour l’écouter parler. C’était un vieil homme qui vivait sur la plage. Personne ne savait d’où il venait exactement. Quand on lui demandait, il répondait qu’il venait d’un peu partout, ce qui était une réponse extrêmement vague. Il avait apparemment beaucoup voyagé, et peut-être ne se souvenait-il plus du tout d’où il venait vraiment. Il était âgé et il arrivait que sa mémoire défaille un peu. Mais pour les histoires, elle ne le laissait jamais tomber. Il se rappelait d’énormément de moments qu’il avait pu vivre. Et il les racontait d’une voix posée qui faisait bien entrer dans le récit. Ses histoires étaient toujours cohérentes, et elles fascinaient les habitants du coin qui venaient l’écouter aussi souvent qu’ils le pouvaient, le payant même parfois pour qu’il continue à leur conter son passé.

Une bande de jeunes s’intéressait tout particulièrement à ce vieil homme et à ses histoires. L’un d’entre eux avait demandé au vieillard s’il pouvait les retranscrire pour que d’autres personnes puissent en prendre connaissance si jamais un jour il n’était plus là pour les raconter. Le vieil homme avait accepté. Depuis, le jeune venait lui montrer les histoires retranscrites. Il projetait de les faire publier sous le nom du vieux monsieur.

Un jour, le vieux monsieur leur raconta une histoire un peu particulière. D’ordinaire, ses histoires avaient pour protagonistes des humains, mais cette fois-ci, les héros étaient des animaux. C’était l’histoire d’une amitié entre deux animaux. Un macareux et un dauphin. Cela pouvait arriver, mais c’était quand même assez rare que ces deux animaux deviennent amis. Le vieux commença donc à raconter.

C’était un soir d’été ily a bien longtemps. Un soir d’orage. Le tonnerre grondait et les éclairs s’en donnaient à coeur joie. Le conteur était adolescent, pendant cette histoire. A minuit, il avait réveillé par un coup de tonnerre. Puis il ne s’était pas recouché, ayant trouvé fascinant le spectacle des éclairs dans le ciel. Étant jeune et inconscient, il était alors sorti sous la pluie pour aller voir les éclairs de plus près. S’arrêtant dans son récit, le vieil homme dit au groupe de jeunes de ne pas l’imiter, que c’était très dangereux. Il vallait mieux rester dedans lors d’un orage. Il était donc sorti sous les trombes d’eau. Rien n’aurait pu l’arrêter. Il était parti vers le ponton qui donnait directement sur la mer. Encore aujourd’hui, il ne savait pas bien ce qui l’avait poussé à s’y rendre. La main du destin ? En tout cas, lorsqu’il était arrivé sur le ponton, il avait vu un oiseau tomber dans la mer, probablement épuisé d’avoir dû voler sous la pluie. Il avait sorti ses jumelle de sa poche, celles qui ne le quittaient jamais depuis qu’il les avait reçues pour Noël, et il avait vu quelque chose d’étonnant. L’oiseau ne s’était pas noyé comme il aurait pu le croire. Non, il venait d’être sauvé par un dauphin. Le dauphin était venu le porter jusqu’au ponton. L’adolescent qu’était à ce moment là le conteur avait été ébahi de voir ça. L’oiseau, couché sur le ponton, avait commencé à bouger faiblement. Puis, peu à peu, il avait repris des forces. Le dauphin était toujours là, juste à côté de l’oiseau qui était un jeune macareux. D’ordinaire, ces oiseaux n’avaient aucun problème acec la mer, mais celui-ci avait été épuisé. Ses forces l’avaient abandonné et il aurait été mort sans son sauveur. L’adolescent avait regardé toute la scène d’un peu plus loin. Il avait vu la rencontre qui allait mener à une incroyable amitié entre les deux animaux. Depuis cette nuit, il les avait vus très souvent ensemble. Ims ne s’étaient plus quittés. Il se rappelait même avoir pris une photo. Mais il ne savait pas où elle était. Il était venu chaque jour pour voir si les deux animaux étaient toujours là. Un jour, il ne les avait plus jamais revus. Le lendemain du jour où le vieil homme leur avait raconté cette histoire, les jeunes revinrent sur la plage. Ils cherchèrent le vieil homme. Ils ne le trouvèrent pas. Personne ne le retrouva jamais. Plusieurs années plus tard, le jeunes qui avait retranscrit les histoires fit publier un livre au nom du vieil homme. Il eut beaucoup de succès. Les histoires perdurèrent mais le vieux conteur avait disparu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s