Bonjour et bienvenue.

À la Une

Bienvenue sur ce blog. J’ai décidé d’expliquer un peu ce que je veux y faire, car je ne peux pas démarrer en postant directement sans dire le pourquoi du comment à quiconque atterrira ici. J’ai créé ce blog car j’aime beaucoup écrire des histoires, j’ai toujours aimé le faire. Je vais donc poster de petites histoires, peut-être avec plusieurs chapitres, peut-être pas. Voilà, je n’ai rien de plus à dire. Ou plutôt, je le dirai sous forme d’histoire, pas dans cet article de présentation.

(Le destin, ce puzzle) Chapitre 6 : Le feuilleton

Un jour, un des parents des filles vint à l’appartement. Il leur parla des feuilletons. Au début, elles pensèrent toutes qu’il voulait parler des séries télévisées, mais en fait, il faisait référence aux feuilletons publiés dans les journaux. Un épisode ou chapitre était publié chaque jour ou chaque semaine, selon la fréquence de publication du journal. Cela existait toujours, d’ailleurs, même si c’était un peu moins répandu qu’à une certaine époque. 

Après le départ du père de Mina, l’une d’elle descendit acheter un journal où il y avait un de ces feuilletons. Lorsqu’elle remonta, toutes trois se pressèrent autour du journal et l’une d’elle fit la lecture aux deux autres car à trois sur un seul journal, le confort de lecture n’était pas fameux. A leur grande surprise, le feuilleton n’était pas aussi mauvais qu’elles auraient pu croire. Les épisodes n’étaient pas longs sans être pour autant très courts, le suspens était présent à la fin et cela donnait envie de lire la suite, et donc d’acheter le journal suivant.

Contrairement à certains feuilletons qui étaient tirés de livres, celui-là avait été écrit au fur et à mesure, comme Charles Dickens l’avait fait avec Oliver Twist. Et cela se voyait. Il y avait quelque chose de plus libre, dans cette écriture. Quelque part, cela leurs faisait penser aux fanfictions qu’elles pouvaient trouver sur internet, les fautes en moins. Même si toutes les fanfictions n’étaient pas toujours pleines de fautes d’orthographe. En tout cas, les fanfictions leur offraient une sorte de pont entre les feuilletons et elles, ce qui les encouragea à continuer à acheter le journal et à se le lire entre elles, créant ainsi un moment de complicité entre elles, une occasion de se réunir alors qu’elles ne faisaient que se croiser dans l’appartement, en principe. 

(Le destin, ce puzzle) Chapitre 5 : Marathon de séries

C’était Mina qui l’avait proposé. Le marathon. Non, pas un marathon sportif, c’était tout autre chose. C’était une nouvelle mode que tout le monde semblait adorer mais qui plongeait en fait les gens dans ce qu’ils regardaient, et ils avaient plus de difficultés à «sortir » du film ou de la série après avoir enchaîné une vingtaine d’épisodes à la suite. Mais chacun réagissait différemment. Daisy n’avait aucun mal à ressortir de l’univers des séries qu’elle regardait. Mais Mina et Paula, qui aimaient se perdre dans les histoires et oublier la réalité, avaient beaucoup plus de mal à remettre les pieds dans la réalité une fois la série terminée. 

Elles avaient donc choisi la série, au bout d’une demi heure car il leur fallait le temps de se disputer à propos du choix de série, comme d’habitude. Finalement, Daisy s’était endormie, la tête appuyée sur l’épaule de Paula. Les deux autres avaient donc continué à regarder pendant encore quelques épisodes avant de s’endormir elles aussi. 

Lorsqu’elles s’étaient réveillées, la série entière avait été visionnée car le lecteur avait continué à passer les épisodes dans leur sommeil, et tous les coussins du canapé étaient tombé car Mina avait rêvé de la série historique qu’elles avaient regardé, faisant tomber tous les coussins en pensant se battre à l’épée comme dans la série. 

(Le destin, ce puzzle) Chapitre 4 : L’oreille musicale

Tout allait bien ce matin-là dans l’appartement des trois colocataires. Pour une fois. Car depuis le début, elles avait trouvé maintes et maintes raisons de se disputer. Elles avaient découvert que vivre ensemble, c’était assez compliqué.  Plus que compliqué, c’était comme marcher dans un champ de mines. Car le moindre désaccord pouvait provoquer un cataclysme. Daisy, Mina et Paula étaient en train de s’habituer les unes aux autres, et ce n’était pas facile tous les jours. Loin de là.  Surtout entre Daisy et Mina qui étaient des fortes têtes. Deux personnes ayant un fort tempérament étaient en général assez mal parties pour s’entendre, du moins au début.  Mina et Daisy faisaient de leur mieux pour éviter les disputes, mais quelques fois, ce devait être le destin, car personne ne les avait vues venir. Les disputes partaient en général d’un petit quelque chose qui était de travers dans l’appartement ou bien d’un inconfort quelconque ajouté à du stress ou de l’énervement (parfois les deux) présents avant que la dispute n’éclate. Tels étaient donc les ingrédients d’un désaccord entre Daisy et Mina. 

Aujourd’hui, le désaccord était parti du bruit que faisait Daisy en s’entraînant avec son instrument. Elle était étudiante en musique, et elle apprenait à jouer aussi bien qu’à déchiffrer la partition d’un instrument. L’appartement n’était pas bien isolé et les murs étaient fins comme du papier à musique. Les deux autres filles étaient obligées de mettre des boules quies pour pouvoir travailler tranquillement. Mais Mina avait toujours des problèmes pour faire rester les boules quies dans ses oreilles, alors l’énervement qui en découlait et le fait qu’elle ne puisse pas travailler sans entendre le même morceau encore et encore la firent (littéralement) exploser. 

La dispute dura jusqu’à ce que Paula, la troisième colocataire, propose à Mina un casque antibruit. Les voisins se cotisèrent même pour acheter un ampli pour ne plus avoir à entendre tout ce qu’elle jouait. 

(Le destin, ce puzzle) Chapitre 3 : Cinémathèque vs la vidéo à la demande

Tout était calme, dans l’appartement des trois colocataires, ce jour-là. Mais après le calme allait bientôt arriver la tempête. Oui, la tempête. Ce n’était pas un mot jeté au hasard. Ce qui allait se produire serait similaire à une tempête. Ou bien pire. Car ce salon qui pour l’instant savourait le silence incroyablement rare qui y régnait allait bientôt, très bientôt devenir le théâtre d’une dispute magistrale entre deux des filles. Il allait se scinder en deux à cause de leurs cris incessants. 

Tout était parti de la télévision. Ceux qui avaient toujours dit qu’elle n’apporterait jamais rien de bon avaient peut-être raison, après tout. Le débat avait débuté sur le canapé. Les filles avaient été en train de choisir ce qu’elles allaient regarder. Elles avaient voulu visionner un film ensemble, du moins à deux, car la troisième n’avait pas voulu se joindre à elles, prétextant avoir trop de travail à faire. Cette dernière avait peut-être eu raison de ne pas venir. Si elle était venue, elle se serait retrouvée au milieu d’un véritable champ de bataille.

Daisy et Mina avaient des goûts très différents concernant les films. L’une aimait les vieux films et l’autre aimait les films très récents et pleins d’action et d’explosions. Tout le contraire l’une de l’autre. Leurs désaccords avaient mené à un débat pour savoir ce qui était mieux, les cinémathèques ou bien les services de vidéo à la demande. Elles en étaient donc à lister leurs arguments. Cette phrase aurait pu signifier qu’elles le faisaient de façon civile, mais c’était tout le contraire. Elles se hurlaient les arguments à la figure. La troisième fille, Paula, qui était dans sa chambre car elle avait craint une énième dispute, les ignora. Elle considérait qu’elle les avait déjà séparées bien trop de fois. Elle ne pouvait pas jouer les policiers à chaque fois que ces deux-là se disputaient.

Quelques heures plus tard, n’entendant plus rien, elle sortit de sa chambre. Elle était un peu inquiète, quand même. Et si elles s’étaient entretuées ? Non, tout de même pas. Passant une tête dans le salon, elle sourit. Les deux « adversaires », fatiguées par le débat, s’étaient endormies l’une contre l’autre. Elles n’avaient sans doute même pas pu regarder de film, finalement. Paula alla chercher des couvertures. Elle couvrit ses deux colocataires, puis elle partit dormir elle aussi.

(Le destin, ce puzzle) Chapitre 2 : Ma biche

Les colocataires étaient chacune dans leur chambre quand cela s’était produit. Un appel vidéo. Un simple appel vidéo et les évènements s’étaient enchaînés. Et les deux autres ne l’avaient plus jamais vue pareil. Cela avait changé son image à jamais, à leurs yeux. Pourtant, ce n’était pas grand-chose. Un simple surnom avait déclenché l’hilarité générale. A l’exception, bien sûr, de la principale intéressée. Cette dernière n’avait pas trouvé cela drôle. Elle se sentait plutôt humiliée. Tout ça à cause d’un appel de sa mère et du surnom que sa mère lui avait donné. Les autres filles avaient entendu le début de la conversation, et elles s’étaient mises à rire, retournant silencieusement au salon. Les trois filles s’étaient un peu rapprochées, depuis qu’elles avaient emménagé ensemble quelques semaines auparavant. Elles avaient été au début de parfaites étrangères les unes pour les autres. Et leurs débuts avaient été un peu bizarres, du coup. Ne se connaissant pas, elles avaient dû s’adapter les unes aux autres, ce qui n’avait pas été facile du tout.

Et vivre ensemble signifiait découvrir des choses que l’on aurait jamais découvertes d’une autre manière sur les personnes avec qui on vivait. Des choses comme ce surnom, « Ma biche », qui les avait fait beaucoup rire quand elles l’avaient entendu depuis le salon. Daisy était en train de faire un appel vidéo avec sa mère et cette dernière l’avait saluée et s’était adressée à elle de cette façon. Daisy avait toujours paru être un peu hautaine. Mais cette découverte avait rassuré les autres filles autant qu’elle les avait fait rire. Daisy était plus humaine qu’il y paraissait, apparemment. Elles ne savaient pas bien pourquoi elles en riaient, mais en tout cas, ce petit incident avait bien contribué à briser la glace. 

(Le destin, ce puzzle) Chapitre 1 : L’applique

Elles avaient décidé d’être colocataires. Elles ne se connaissaient pas avant. Et il leur arrivait de regretter le moment où elles avaient décidé de partager un appartement. Car leurs personnalités étaient parfois très différentes. Et cela s’était vu dès le début. Elles étaient trois, et elles ne pouvaient pas être plus différentes. Daisy était une étudiante en musique qui aimait beaucoup le maquillage. Mina étudiait beaucoup. Aucune des deux autres filles ne savait ce qu’elle étudiait, mais elle était toujours dans ses livres de cours. Elle aimait aussi beaucoup sortir avec des amies. Elle était un peu contradictoire, selon les deux autres. La troisième, Paula, était une introvertie qui ne sortait pratiquement jamais de sa chambre. Elle ne parlait pas beaucoup et se faisait facilement oublier à cause de ça. 

Un jour, elles décidèrent de décorer un peu leur appartement. Juste assez pour le personnaliser un peu, pour se sentir un peu plus chez elles. C’était une décision commune, puisqu’elles avaient décidé de décorer un endroit en commun, le séjour. Elles allèrent dans un magasin spécialisé dans la décoration et elles achetèrent une applique à fixer sur un mur. Cela ferait une lumière supplémentaire et cela illuminerait la pièce. Elles furent toutes d’accord pour acheter cette applique. Mais un désaccord survint : l’emplacement de l’applique. Elles ne parvinrent pas à se mettre d’accord sur l’endroit où la mettre. Cela fit naître une première dispute au sein du nouveau foyer. Daisy voulait la mettre au centre de la pièce, Paula voulait la mettre plus en retrait mais elle ne dit son opinion qu’une fois, et elle revint dans sa chambre. Mina voulait la placer dans un coin près du canapé. La dispute dégénéra un peu entre Mina et Daisy qui étaient de fortes têtes. Ce fut finalement Paula qui eut le dernier mot car elle les réconcilia en décrétant qu’on pouvait aussi bien le mettre derrière la porte qu’au plafond, cela ne changerait vraiment rien. Elles se rendirent alors compte que c’était vraiment stupide de se disputer de la sorte, pour une applique qui pouvait aller sur n’importe quel mur sans que cela fasse bizarre. Elle était plutôt passe partout, en fait. Mina et Daisy furent surprises de voir que Paula avait réussi à restaurer la paix dans leur petit groupe. Elle n’était pas seulement l’introvertie, elle était aussi la pacificatrice, en fait. 

Liste de 5 mots : 17

Uniforme, Vadrouille, Weekend, Xyste, Yoyo, Zénith

Elle avait retiré son uniforme, passant ses habits de ville. Aujourd’hui, elle partait en vadrouille. Elle ne savait pas où elle allait aller, mais ce serait bken plus amusant comme ça ! Ce weekend, elle n’allait penser qu’à elle-même. Elle le méritait bien. Elle passa sous le xyste ( allée couvrant un jardin) puis elle sortit dans la rue en sifflotant. Elle prit son yoyo, marchant avec entrain et jouant avec en même temps. C’était une belle journée. Elle allait en profiter. Le soleil avait atteint son zénith.