Miracle

Miracle. Généralement, quand on entendait ce mot, on s’attendait à quelque chose de positif, quelque chose de merveilleux, d’inespéré. C’était un peu comme le beau temps après la pluie, un véritable arc-en-ciel dans une vie. C’était une bonne chose, et surtout, c’était rare. Suffisamment rare pour qu’on ne puisse pas s’en lasser. Cela n’arrivait qu’une fois dans une vie, et parfois cela n’arrivait pas du tout. On espérait donc un miracle. C’était difficile à obtenir, un miracle. C’était aléatoire. C’était précieux. C’était le summum. Un grand bonheur. Peu de gens en avaient vu, et encore moins de persones avaient personnellement vécu un miracle. Dans l’esprit des gens, un miracle était donc merveilleusement positif.

Mais tout le monde ne pensait pas comme ça. Assise sur un banc, elle venait encore de vivre un « miracle ». Elle en vivait généralement plusieurs fois par jour, et elle n’était pas ravie de vivre ça. Pourquoi ? Pourquoi en avait-elle vécu tant alors que c’était censé être très rare ? Était-elle plus chanceuse que les autres ?

Tout simplement parce que pour elle, le mot « miracle » ne signifiait pas ce que la plupart des gens pensaient. Ce n’était pas quelque chose de positif, inattendu et rare. Cela lui arrivait tous les jours, elle se doutait que cela allait se produire, et en plus c’était tout le contraire de quelque chose de positif. C’était même vraiment négatif. En fait, sa version du mot était l’inverse exact de la signification adoptée par le commun des mortels. Un miracle était ( ironiquement) un moment de profonde malchance, comme par exemple le fait qu’elle ait cassé sa cafetière sans faire exprès un jour où elle avait particulièrement besoin de caféine, ou encore un moment où, dans une rue extrêmement large, elle avait réussi à se cogner dans un autre piéton car elle regardait les jolies maisons du quartier. Cette fois-ci, elle avait manqué une marche dans l’escalier pendant sa journée de travail, et elle s’était retrouvée dans les bras de sa chef qui montait justement l’escalier. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais ce ne serait pas drôle, sinon. Elle avait eu une tasse de café brûlant à la main au moment de sa chute et elle l’avait renversée sur la chemise de sa chef au cours de sa chute. Quelle malchance ! Ce jour là, elle avait espéré qu’aucun autre miracle ne lui arrive. Et c’était là qu’elle avait fait tomber ses clefs par la fenêtre du sixième étage….

3 commentaires sur “Miracle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s